Accéder au contenu principal
Serbie / Albanie

Serbie-Albanie: l'entente cordiale a fait long feu

La rencontre entre le Premier ministre albanais, Edi Rama (G), et son homologue serbe, Aleksandar Vucic, avait pourtant bien commencé.
La rencontre entre le Premier ministre albanais, Edi Rama (G), et son homologue serbe, Aleksandar Vucic, avait pourtant bien commencé. REUTERS/Marko Djurica

La visite historique du Premier ministre albanais en Serbie hier, lundi, a été gâchée par un accrochage verbal avec son homologue serbe sur le Kosovo. Un incident qui a une nouvelle fois illustré les profondes divergences entre Serbes et Albanais dans les Balkans. Cette visite était la première d'un chef de gouvernement albanais en 68 ans.

Publicité

La visite du dirigeant albanais Edi Rama à Belgrade se déroulait sous les meilleurs auspices. Avec son homologue serbe Aleksandar Vucic, le Premier ministre albanais a parlé coopération, bonne entente régionale et perspective d’adhésion à l'Union européenne.

Mais au cours de la conférence de presse, face aux questions des journalistes, Edi Rama a mis les pieds dans le plat. Il a évoqué la situation du Kosovo, un Etat reconnu par une centaine de pays, mais pas par Belgrade. Edi Rama a appelé la Serbie à reconnaître la « réalité irréversible » de cette ancienne province serbe, une réalité qui doit être respectée.

« Je ne permettrai à personne d'humilier la Serbie à Belgrade », a répliqué Aleksandar Vucic, contenant difficilement sa colère. « Selon notre Constitution, le Kosovo fait partie de la Serbie et n'a rien à voir avec l'Albanie et n'aura jamais rien à voir avec l’Albanie », a ajouté le dirigeant serbe, mettant fin aux discussions à peine entamées entre son gouvernement et le gouvernement albanais.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.