Accéder au contenu principal
Russie / France

La presse russe commente le prêt accordé au Front national

Un kiosque à journaux à Moscou, en Russie.
Un kiosque à journaux à Moscou, en Russie. Christian Science Monitor/Getty Images

Le Front national a contracté fin septembre un prêt de 9 millions d'euros auprès de la banque russe First Cezch Russian Bank. Marine Le Pen, présidente du FN, évoque un emprunt « absolument légal ». « J'aurais préféré emprunter à une banque française, je ne le peux pas parce qu'on m'interdit de le faire », a-t-elle souligné. La presse russe commente ce prêt.

Publicité

Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

Le quotidien Kommersant donne quelques précisions sur la banque prêteuse dont le nom signifie « première banque tchèquo-russe ». Elle a été créée en 1996 et, pendant longtemps, l’actionnaire principal a été la société Stroytransgaz, l’un des fournisseurs du géant gazier Gazprom. Actuellement, 100% de la banque appartiennent à Roman Popov, président du directoire de la banque, et qui, auparavant, était chef du département des ressources financières de Stroytransgaz .

Pour Kommersant, il est clair que cette opération n’aurait pas pu se réaliser sans l’aval des autorités russes. Et elle s’inscrit bien dans la logique actuelle des relations franco-russes. Depuis le départ de Nicolas Sarkozy, avec lequel Moscou avait trouvé un partenaire solide, la Russie peine à construire de bonnes relations avec le pouvoir socialiste. Et dans cette situation, Moscou trouve ses alliés parmi les représentants de l’extrême droite d’autant que les idées de Marine Le Pen sont comprises par Moscou.

Le journal à grand tirage Moskovskii Komsomolets écrit que Marine Le Pen, connue pour sa sympathie à l’égard de la politique du Kremlin, est devenue encore plus proche de la Russie. Et Novye Izvestia titre : « La trace russe dans le Front national français, la cinquième République cherche la cinquième colonne ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.