Accéder au contenu principal
France/Kazakhstan/Russie

Au Kazakhstan, Hollande plaide pour une «désescalade» en Ukraine

Le président François Hollande (G.) et son homologue kazakh, Nursultan Nazarbaïev, lors d'une conférence de presse à Astana, le vendredi 5 décembre 2014.
Le président François Hollande (G.) et son homologue kazakh, Nursultan Nazarbaïev, lors d'une conférence de presse à Astana, le vendredi 5 décembre 2014. REUTERS/Mukhtar Kholdorbekov

Jeudi 4 décembre Vladimir Poutine s'en est pris directement aux Occidentaux, devant le Parlement russe. Un discours qui a fortement résonné dans le pays voisin du Kazakhstan où François Hollande a démarré une visite de deux jours ce vendredi. Il a commencé par la capitale Astana. François Hollande et son homologue ont plaidé pour une « désescalade » en Ukraine.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Astana, Anissa el-Jabri

Surtout, calmer le jeu face au verbe haut du président russe. François Hollande le dit à chaque rendez-vous international et l’a répété à Astana, dans cette capitale enneigée, balayée par un vent glacial : la France revendique une position ferme, mais ouverte aux discussions. « Je ne cesse de chercher le dialogue, a insisté le président français. La tension, la pression, ne sont jamais des solutions. Nous devons engager un processus de désescalade. D’abord une désescalade verbale, qui doit ensuite être une désescalade dans les mouvements qui se produisent en Ukraine ».

Avec ses 7 500 km de frontières avec son puissant voisin et la deuxième minorité russe au monde après l’Ukraine, le Kazakhstan est inquiet des visées de Moscou sur le territoire voisin. « Le droit international a été bafoué en Ukraine », a même lancé le président Nazarbaïev qui plaide pour un compromis politique alors que son pays pâtit des sanctions économiques contre la Russie.

Ce vendredi matin, l'armée ukrainienne a annoncé vendredi que 6 militaires avaient été tués et 13 autres blessés dans des combats contre les séparatistes dans l'Est du pays au cours des dernières 24 heures. En marge de la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays membres de l'OSCE, le chef de la diplomatie ukrainienne, Pavlo Klimkine a appelé de ses voeux un « cessez-le-feu réel » en Ukraine. Le ministre faisait référence à l'annonce d'un cessez-le-feu jeudi par la présidence ukrainienne et les séparatistes pro-russes à partir du 9 décembre prochain.

→ A (RE)LIRE : «Une forte tonalité Guerre froide» dans le discours de Poutine
SUR FRANCE 24 : En pleine dérive autoritaire, le Kazakhstan accueille François Hollande

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.