Accéder au contenu principal

Belgique: vaste mouvement de grève contre la politique d'austérité

Un train Thalys en gare de Bruxelles-Midi, le 8 décembre 2014.
Un train Thalys en gare de Bruxelles-Midi, le 8 décembre 2014. REUTERS/Francois Lenoir

Ce lundi, la Belgique devrait se trouver à l’arrêt en raison d’une grève générale menée par l’ensemble des syndicats en front commun, ce qui n’était plus arrivé dans le royaume depuis des lustres. En cause, le programme de réformes du nouveau gouvernement fédéral, issu des législatives de mai et en place depuis le 11 octobre. Début de la grève dimanche dès 22h avec les premiers débrayages d’aiguilleurs du ciel et de cheminots.

Publicité

Avec notre bureau à Bruxelles

La coalition compte un parti francophone, les libéraux du Premier ministre Charles Michel et trois partis flamands : libéraux, chrétiens-démocrates et séparatistes de l’Alliance néo-flamande N-VA. Son programme de gouvernement est clairement situé à droite ou au centre-droit et les syndicats sont vent debout contre les réformes de la coalition.

La priorité du gouvernement fédéral belge est d’apurer les comptes de l’État. Le Premier ministre libéral Charles Michel compte faire onze milliards d’euros d’économies avec des réformes en profondeur.

« C'est un budget qui prévoit que le mode de vie de l'Etat soit un peu plus resseré, que l'on dépense moins et mieux, pour relancer notre pays, pour le mettre sur des bons rails, sur le plan social et économique », explique-t-il.

L’âge de la retraite sera reculé de 65 à 67 ans d’ici 2030 et le nouveau gouvernement belge a pris le risque de s’attaquer à une pratique considérée comme sacrée par les syndicats en imposant pour l’an prochain la non-indexation ou « saut d’index », c'est-à-dire l’absence de revalorisation automatique des salaires.

« C'est un gouvernement qui remet en cause notre modèle social, en s'attaquant aux services publics, en ayant la logique de la privatisation, notamment en matière de pensions et en matière de soins de santé », déplore Marc Goblet, secrétaire général de la fédération générale de travailleurs de Belgique (FGTB)

Il y a déjà eu trois grèves régionales en guise de répétition et si la grève nationale de ce lundi connaît le même niveau de mobilisation, la Belgique devrait être largement paralysée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.