Accéder au contenu principal
Russie / Espionnage

La Russie dévoile l'histoire d'une «taupe» estonienne des années 2000

Pendant quinze ans à partir de 1996, l'agent double a transmis des informations sensibles à Moscou depuis la capitale estonienne Tallinn.
Pendant quinze ans à partir de 1996, l'agent double a transmis des informations sensibles à Moscou depuis la capitale estonienne Tallinn. Peter Thompson/Heritage Images/Getty Images

Le renseignement russe dévoile l'histoire d'un agent à la télévision russe pro-Kremlin NTV. Estonien, ce dernier était infiltré au sein de la police secrète de son pays. Entre 1996 et 2011, il aura transmis des informations à la Russie. L’agent double, qui vit désormais à Moscou, dit ainsi avoir déjoué l'espionnage des Occidentaux contre la Russie dans cette république balte.

Publicité

Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

Uno Puusepp travaillait au département des écoutes de la police secrète estonienne, la KaPo. Mais en fait, depuis 1996, il transmettait des informations aux services secrets russes. C'était un agent double. Fils d’officier soviétique, il avait lui-même proposé ses services au FSB, l'héritier du KGB. Il officiera pendant 15 ans, et n'aurait jamais demandé à être payé.

Grâce à cet informateur, Moscou a obtenu systématiquement des rapports sur les relations de la KaPo avec les Américains de l'Agence centrale du renseignement (CIA) et avec les autres services secrets occidentaux. L'espion estonien a également permis de démasquer des agents étrangers en Russie, dont Valeri Ojamae, qui a été condamné en 2001 à sept ans de camp à Moscou pour espionnage pour le compte de la Grande-Bretagne.

Pourquoi ces révélations maintenant ?

Dans son interview à la télévision russe, diffusée dans le cadre d'un documentaire intitulé Notre homme à Tallinn, l'ancien espion s'est aussi félicité d'avoir empêché l'installation par Washington d'un système d'écoutes dans l'ambassade russe à Tallinn, la capitale estonienne. Les services secrets occidentaux avaient fini par se douter de l’existence d’une « taupe », mais un autre que lui a été arrêté et condamné.

Pourquoi révéler l'affaire ? Les experts s’interrogent sur les motivations de Moscou. Est-ce une façon pour la Russie de revendiquer sa suprématie en matière d’espionnage, et de pousser  les pays occidentaux à abandonner toute coopération avec leurs collègues estoniens ? Ou bien pourrait-il y avoir d’autres affaires d’espionnage pour lesquelles se préparerait un échange d’agents démasqués ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.