Accéder au contenu principal
Italie / Immigration

Italie: l'Ezadeen et ses 360 migrants clandestins arrivés à bon port

Les migrants naufragés de l'Ezadeen parmi lesquels de nombreux enfants sont arrivés sur la côte du sud de l'Italie, affamés et frigorifiés dans la nuit du 2 au 3 janvier 2015.
Les migrants naufragés de l'Ezadeen parmi lesquels de nombreux enfants sont arrivés sur la côte du sud de l'Italie, affamés et frigorifiés dans la nuit du 2 au 3 janvier 2015. REUTERS/Antonino Condorelli

L'Ezadeen, un cargo abandonné par son équipage et transportant 360 migrants clandestins, selon le dernier décompte officiel, est arrivé vendredi 2 janvier au soir dans le port italien de Corigliano, escorté par la marine italienne. C’est la deuxième fois en 48 heures que l’armée italienne intervient pour porter secours à un cargo chargé de migrants livrés à eux-mêmes, aux abords des côtes italiennes.

Publicité

Pour cette fois, le drame a été évité. L'Ezadeen, navire marchand abandonné par son équipage, est arrivé à bon port. Il est entré dans le port calabrais de Corigliano, dans le sud de l'Italie, aux alentours de 22h TU vendredi 2 janvier. Les migrants clandestins qui se trouvaient à son bord sont sains et saufs.

« Il y a 360 migrants de nationalité présumée syrienne, 243 hommes, 43 femmes, dont 4 enceintes et 74 enfants mineurs. Evidemment ces personnes avaient besoin d’être immédiatement conduites dans des lieux chauffés et d’être prises en charge compte tenu des difficultés du voyage », précise Filipo Marini, le porte-parole des gardes-côtes italiens, interrogé par notre correspondante à Rome, Anne Le Nir. Les migrants vont être conduits dès ce samedi dans des centres d'accueil en Sicile. 

Ça a été vraiment dur

Ecoutez le reportage de notre confrère de Radio France, Jérôme Jadot, à l'arrivée de l'Ezadeen au port de Corigliano

Giovanna Di Benedetto, porte-parole de l'ONG Save the Children en Sicile, pointe du doigt les conditions particulièrement difficiles de leur voyage : « La plupart viennent de Syrie. Ils ont pris la mer il y a dix jours en Turquie. Depuis cinq jours, il n'y avait plus rien à boire ni à manger. Ils sont très très fatigués, ils ont froid, et ils ont peur bien sûr. Certes il y a de la joie parce qu'ils sont saufs, mais ils sont aussi effrayés par ce qu'ils ont vu, pendant le trajet, et avant, en Syrie. »

Des doutes sur la provenance du cargo

Le navire de 73 mètres de long, immatriculé en Sierra Leone et destiné au transport des animaux, a été repéré jeudi soir, apparemment en difficulté, à quelque 80 milles au large de Crotone en Calabre. Les autorités maritimes ont aussitôt contacté le navire qui ne répondait pas. Une migrante a finalement réussi à expliquer la situation par radio, a indiqué le capitaine Filipo Marini. « Nous sommes seuls, il n'y a personne, aidez-nous », a alors lancé cette femme.

La marine a d'abord contacté un navire islandais, le Tyr, croisant dans les parages du cargo, et faisant partie du dispositif européen Triton de surveillance de la Méditerranée, de Frontex, l'agence européenne de contrôle des frontières de l'Union européenne. Ils n'ont d'abord rien pu faire, le navire abandonné à son sort par l'équipage avançant à pleine vitesse. Ce n'est qu'une fois le carburant totalement épuisé que cinq marins islandais ont pu monter à bord et lancer une aussière afin de permettre un remorquage du cargo. Six hommes des garde-côtes italiens ont ensuite été déposés sur le cargo par un hélicoptère de l'aéronautique militaire pour compléter le dispositif.

Réaction tardive du gouvernement Renzi

Selon les garde-côtes italiens, l'Ezadeen était parti de Turquie. Mais selon le site marinetraffic.com, il aurait quitté le port de Famagouste, situé sur la côte est de Chypre, sous contrôle turc, après être parti de Tartous en Syrie. Toujours selon ce site spécialisé dans le suivi du trafic maritime, sa destination officielle était le port de Sète, dans le sud de la France.

Il aura fallu attendre ce samedi soir, rapporte Anne Le Nir, pour entendre enfin un membre du gouvernement Renzi s'exprimer sur le nouveau business de l'immigration clandestine qui utilise de vieux navires de commerce partis de ports situés en Turquie ou en Grèce.. Le ministre de l'Intérieur, Angelino Alfano, a notamment annoncé que des contacts sont déjà établis avec les autorités turques pour lutter avec détermination contre les trafiquants d’êtres humains.

Les « bateaux fantômes », nouvelle tactique des trafiquants

L'Italie est confrontée depuis plusieurs années à un afflux croissant de clandestins qui tentent de gagner l'Europe par la Méditerranée au péril de leur vie, au rythme d'environ 450 arrivées par jour. Plus de la moitié sont des Syriens ou des Erythréens. La grande majorité arrive à bord de canots pneumatiques ou de vieux bateaux de pêche partant de Libye où le chaos qui a suivi la chute du pouvoir de Mouammar Kadhafi laisse le champ libre aux passeurs.

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a relevé vendredi que les trafiquants semblent avoir opté pour des « économies d'échelle » leur permettant de gros revenus en un seul voyage, avec une seule nationalité. Avec un paiement de 1.000 à 2.000 dollars par personne, un voyage comme celui du Blue Sky M peut rapporter plus d'un million de dollars, soit largement assez pour financer l'affrètement d'un bateau et de son équipage, explique l'OIM.

La politique européenne de fermeture des frontières montrée du doigt

Une analyse partagée par François Gemenne, chercheur aux universités de Liège et de Versailles-Saint Quentin en Yvelines, interrogé par RFI. « Je pense que c’est le signal que l’on est face à des réseaux de trafic d’êtres humains criminels, extrêmement organisés, et qui ne sont plus du tout intéressés par le sort des migrants. Ils considèrent les migrants comme des marchandises dont ils vont essayer d’extorquer un maximum d’argent. Et dès le premier problème ou dès le moindre risque de se faire attraper par la police, ils quittent le navire comme des rats, abandonnant les migrants à leur sort. »

Pour François Gemenne, ce qui crée ces drames en Méditerranée, c’est avant tout la politique européenne de fermeture des frontières. « Aujourd’hui, il n’y a pas de véritable politique européenne d’asile et d’immigration. Cette politique se réduit à la surveillance des frontières qui est son alpha et son oméga. Il y a à la fois de plus en plus de gens qui sont poussés à l’exil - il n’y a jamais eu autant de personnes poussées à l’exil dans le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale - et parallèlement à cela il y a des frontières qui se ferment de plus en plus. Il est donc inévitable qu’il y ait des situations comme celle d’aujourd’hui avec des réseaux de passeurs qui tentent d’exploiter tous les candidats à la traversée. »

  • Comment fonctionne Frontex, l'agence européenne de contrôle des frontières de l'Union européenne ? 

Frontex occupe environ 250 personnes à Varsovie et fonctionne avec une centaine de millions d’euros par an, pas de quoi terrifier donc les passeurs de clandestins, explique notre correspondant à Bruxelles, Quentin Dickinson. C’est un Français, un Alsacien, Fabrice Leggeri, grand spécialiste des questions migratoires, qui prend ces jours-ci la direction de Frontex.

Le rôle premier de Frontex c’est la coordination et l’information des pays de l’UE en matière d’immigration, immigration principalement clandestine s’entend. Périodiquement, Frontex organise des opérations coup de poing en réunissant pendant une période limitée les moyens navals et aéronautiques de plusieurs pays européens. En réalité, ces opérations, surtout destinées à rassurer l’opinion publique en Europe, ne font que confirmer l’ampleur du phénomène et n’ont pratiquement aucune valeur dissuasive. Des équipes multinationales d’intervention rapide sont mobilisables en moins de cinq jours.

Le regroupement de clandestins interpellés dans plusieurs pays différents en vue du renvoi dans leurs pays d’origine est également du ressort de l’agence. Frontex assure aussi la formation des garde-frontières, évalue en permanence les risques et s’intéresse aux développements technologiques qui permettent à un titre ou à un autre de lutter contre les migrations illégales.

A écouter : Migrants, les navires-poubelles

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.