Accéder au contenu principal
Grèce / Ue

UE: quelles conséquences après la victoire de Syriza en Grèce?

Alexis Tsipras, le leader de Syriza, le parti de la gauche radicale, après sa victoire aux élections législatives, le 25 janvier 2015.
Alexis Tsipras, le leader de Syriza, le parti de la gauche radicale, après sa victoire aux élections législatives, le 25 janvier 2015. REUTERS/Marko Djurica

La gauche radicale l'a emporté lors des législatives dimanche 25 janvier en Grèce. Mais le parti Syriza rate de peu la majorité absolue. L'Europe devra donc encore attendre un peu pour savoir avec qui elle aura à négocier.

Publicité

Avec notre bureau à Bruxelles,

Des négociations auront certainement lieu même si les dirigeants européens et ceux de Syriza n'y mettent pas le même contenu. Pour les Européens, la confrontation est à éviter et il s'agira surtout à leurs yeux de conserver ouverte la voie du dialogue.

Les rumeurs d'une sortie de la Grèce de la zone euro qui étaient nées en Allemagne semblent aujourd'hui écartées, mais la volonté affichée par Syriza pendant la campagne de rééchelonner la dette grecque risque de mener à l'impasse.

Les Européens ont déboursé plus de 200 milliards pour la Grèce au fil des plans de sauvetage et la plupart sont très réticents à un rallongement de la durée des prêts et à un nouvel effacement partiel de dettes, d'autant que beaucoup estiment que les politiques si décriées commençaient à porter leurs fruits. Ils semblent en revanche tout à fait disposés à sortir du système de troïka des bailleurs de fonds vu par les Grecs comme une tutelle insupportable.

Mais quoi qu'il arrive, ils semblent craindre tout autant un scénario d'explosion sociale au cas où Syriza ne réussirait pas du tout à tenir ses promesses de campagne.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.