Accéder au contenu principal
Ukraine / Russie

Ukraine: sous la pression occidentale, le cessez-le-feu semble tenir

Debaltseve, ce 25 février. L'armée ukrainienne a perdu la ville depuis l'entrée en vigueur théorique de la trêve.
Debaltseve, ce 25 février. L'armée ukrainienne a perdu la ville depuis l'entrée en vigueur théorique de la trêve. REUTERS/Baz Ratner

Le cessez-le-feu semble enfin tenir dans l'Est séparatiste pro-russe de l'Ukraine après que la pression occidentale s'est encore accrue sur la Russie, accusée par les Etats-Unis de « mentir » sur son rôle dans le conflit qui a fait 5 800 morts en dix mois.

Publicité

Pas question pour les Occidentaux que Marioupol finisse comme Debaltseve. Si les séparatistes pro-russes ne respectent pas le cessez-le-feu et attaquent le port ukrainien, il y aura de nouvelles sanctions européennes contre la Russie. Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, a été clair : « les choses seraient complètement bouleversées, y compris en termes de sanctions. »

Quant au Premier ministre britannique David Cameron, il a évoqué l'idée d'exclure la Russie du système de paiement interbancaire Swift si Moscou continuait à « démanteler » l'Ukraine.

Aux Etats-Unis, devant une commission du Sénat américain, le secrétaire d’Etat John Kerry a accusé les dirigeants russes de « mentir » droit dans les yeux et de mener l’exercice de propagande le plus manifeste depuis la Guerre froide. Il a réaffirmé qu'en cas d’échec de l'accord de Minsk 2, il y aura des conséquences supplémentaires qui feront monter la pression sur une économie russe déjà affaiblie. 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.