Accéder au contenu principal
Turquie

Turquie: Erdogan réitère ses menaces vis-à-vis des Kurdes syriens

Recep Tayyip Erdogan à Ankara, le 11 juin 2015.
Recep Tayyip Erdogan à Ankara, le 11 juin 2015. REUTERS/Umit Bektas

Depuis la prise du poste frontière de Tal-Abyad, en début de semaine dernière, les responsables turcs multiplient les mises en garde en direction des Kurdes de Syrie qui luttent pour repousser les attaques des jihadistes de l’organisation Etat islamique. Au lendemain de l’assaut contre Kobane, finalement repoussé après le massacre de quelque 200 civils, le président Erdogan a de nouveau prévenu que la Turquie n’accepterait jamais la création d’un Etat indépendant à sa frontière sud.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul,  Jérôme Bastion

Pourquoi donc le président Erdogan semble plus contrarié à chaque fois que les forces kurdes parviennent à repousser les attaques de l’organisation Etat islamique ? Ses opposants diront que c’est la preuve de sa communion d’objectifs avec les islamistes. Une chose est sûre en tout cas : ces victoires renforcent les Kurdes militairement et politiquement, accélèrent l’unification physique de leurs trois cantons dans le nord de la Syrie, et compliquent l’accès des jihadistes au territoire turc.

Pour Ankara, ce processus est vécu comme une menace, bien que les Kurdes aient toujours nié avoir des visées sécessionnistes et affirment vouloir rester intégrés à l’Etat syrien.

Hier soir pourtant, Recep Tayyip Erdogan en a une nouvelle fois appelé à la communauté internationale, insistant sur le fait que la Turquie n’accepterait jamais la création d’une nouvelle entité à sa frontière sud, précisant qu’il s’y opposerait « quel que soit le prix à payer ». Ce qui fait de plus en plus penser à une volonté d’intervenir militairement dans le nord de la Syrie, projet qui paraît particulièrement aventureux à beaucoup d’analystes.

C’est peut-être pour cela que, d’après une rumeur insistante depuis plusieurs semaines maintenant, le chef d’état-major se serait encore opposé, lors d’une réunion spéciale consacrée à la sécurité en début de semaine, à approuver une telle opération. Toujours est-il que la région est de plus en plus inquiète à l’idée d’une conflagration généralisée.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.