Accéder au contenu principal
Espagne

Espagne: regroupement de municipalités pour accueillir les réfugiés

La maire de Madrid Manuela Carmena, lors d'un meeting accueillant de nombreux maires espagnols, dans le but de trouver une solution d'accueil pour les réfugiés, le 4 septembre 2015.
La maire de Madrid Manuela Carmena, lors d'un meeting accueillant de nombreux maires espagnols, dans le but de trouver une solution d'accueil pour les réfugiés, le 4 septembre 2015. REUTERS/Gustau Nacarino

Un appel de maires a été lancé par différentes municipalités en Espagne, et plus particulièrement des municipalités emportées récemment par des partis ou des formations issus des Indignés. Une attitude qui contraste avec celle du chef du gouvernement Mariano Rajoy qui a finalement accepté un quota de réfugiés exigé par l’Union européenne.

Publicité

Avec notre correspondant à Madrid,  Frédéric Musseau

« Notre maison est votre maison, s’il peut exister la maison de quelqu’un. Le soleil pourrait se lever n’importe quelle nuit ». Ce sont les mots, ce sont les vers d’un parolier catalan que la nouvelle maire indignée de Barcelone, Ada Colau, a repris à son compte. Une façon de dire que sa ville est ouverte aux migrants et qu’elle veut se montrer généreuse.

Ada Colau est à l’origine d’un réseau de villes-refuges, qui s’engagent à coordonner les efforts pour loger les réfugiés dans des familles d’accueil et pour trouver des solutions logistiques.

Des dizaines d’autres municipalités lui ont emboité le pas, à commencer par celle de Madrid, la capitale où l’ancien magistrat Manuela Carmena a fait pendre sur la façade de l’édifice « Welcome refugees ! » [« Bienvenue aux réfugiés ! »].

Ce réseau est encore en construction, mais d’ores et déjà il permettrait d’accueillir temporairement des milliers de gens, Syriens pour la grande majorité.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.