Accéder au contenu principal
Royaume-Uni

Rassembleur, Jeremy Corbyn prend les rênes de son parti

Jeremy Corbyn délivre son premier discours de chef du Labour, le parti travailliste, rassemblé en Congrès, le 29 septembre 2015.
Jeremy Corbyn délivre son premier discours de chef du Labour, le parti travailliste, rassemblé en Congrès, le 29 septembre 2015. REUTERS/Luke MacGregor

Jeremy Corbyn a prononcé au Congrès travailliste de Brighton son premier grand discours. Le nouveau leader a promis une « façon différente de faire de la politique » et a mis en avant son patriotisme dans une tentative de séduire les électeurs britanniques au-delà du congrès du Labour.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

« Ce ne sera pas du show-business mais de la politique » avait promis l'équipe Corbyn. Pour ce congrès donc, pas d'arrivée sur scène en musique façon rock star, pas de phrases choc apprises par coeur et pas d'effusions sentimentales avec Mrs Corbyn à la fin du discours. Le nouveau chef du Labour a tenu parole en imposant un style épuré. L'objectif était avant tout de rassurer un plus large électorat sur ses valeurs profondes tout en adressant un message de changement :

« Je sais qu'une très grande majorité de Britanniques veut bâtir une société plus égale, où il n'y a plus de pauvreté ni de sans abris. Cette situation n'est pas inévitable, on peut et on doit changer cela. C'est cet esprit de "fair play", ces valeurs partagées par une majorité dans notre pays qui sont la raison fondamentale pour laquelle j'aime ce pays et son peuple. »

Pour autant le dirigeant travailliste n'a pas évité les sujets qui fâchent rappelant son opposition à l'armement nucléaire ou à une intervention militaire en Syrie. Mais pour ce premier grand discours, c'est un Jeremy Corbyn patriote, encourageant l'esprit d'entreprise mais aussi le débat démocratique au sein du parti qui a primé.

Résultat, pas d'annonce substantielle de programme mais une approche différente du rôle de leader qui lui a valu un tonnerre d'applaudissements de la part de militants extatiques. L'espoir est maintenant de voir cet enthousiasme contaminer les sceptiques travaillistes et au-delà les électeurs qui jusque-là n'avaient jamais entendu parler de ce député marginal.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.