Accéder au contenu principal
Pologne / Découverte

Pologne: mystère autour d’un train nazi rempli de trésors

Une locomotive à vapeur utilisée pendant l'Holocauste.
Une locomotive à vapeur utilisée pendant l'Holocauste. Hans-Peter Scholz Ulenspiegel/CC/Wikimedia Commons

En Pologne, le débat fait rage autour du train nazi rempli d’or. D’un côté, deux chercheurs ont apporté les preuves de son existence lors d’une conférence de presse le mardi 15 décembre 2015, de l’autre, une équipe de l'Académie des Mines de Cracovie a prétendu exactement le contraire. Le mystère reste entier.

Publicité

Avec notre correspondant à Varsovie, Damien Simonart

Le train d'or nazi rempli des trésors du troisième Reich existe-t-il ? Alors que le débat bat son plein sur cette (presque) incroyable découverte dans le sud-ouest de la Pologne, deux chasseurs de trésor apportent des preuves. Pour eux, pas de doute, il existe ! Avec à l’appui, les résultats de leurs études géophysiques.

Le Polonais Piotr Koper et l'Allemand Andreas Richter ont effectué leurs analyses géophysiques autour du 10 novembre 2015, précisément au kilomètre 65 de la voie ferrée entre Wroclaw et Walbrzych, lieu où le train nazi est censé être enterré.

« Je suis convaincu que nous allons le découvrir et démontrer son existence. Nous avons besoin d'encore un peu de temps et de passer à une méthode plus brutale, c'est-à-dire creuser », a répondu Piotr Koper à ses détracteurs.

« Il n’y a pas de train »

De son côté, Janusz Madej n’y croit pas. Pour le professeur de la prestigieuse Académie des Mines de Cracovie, les anomalies magnétiques constatées dans le sol sont le fruit de phénomènes géologiques naturels.

Pour lever le doute, il a utilisé trois méthodes indépendantes : « Toutes les anomalies confirmées par la gravimétrie ou le magnétisme sont situées à seulement deux ou trois mètres de profondeur sous la surface du sol. Donc j'affirme à 100% qu'il n'y a pas de train à cet endroit. »

Les deux chasseurs de trésor maintiennent toutefois leur version. Car sur ses analyses géo radar, Piotr Koper est persuadé de voir un tunnel, une voie ferrée et surtout un train blindé.

Les chercheurs de chaque équipe ont refusé de commenter les résultats des autres. En attendant une éventuelle autorisation pour creuser, la région peut continuer de cultiver sa légende du Loch Ness polonais !

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.