Accéder au contenu principal
Allemagne

Violences du Nouvel An à Cologne: des réfugiés parmi les agresseurs

Mise en garde contre les pickpockets devant la cathédrale de Cologne.
Mise en garde contre les pickpockets devant la cathédrale de Cologne. REUTERS/Wolfgang Rattay

Les agressions dans la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne comme dans d'autres villes allemandes continuent de susciter de vifs débats en Allemagne ainsi que des polémiques sur le rôle de la police. Le préfet de police de Cologne a été remercié ce vendredi 8 janvier. L'enquête avance, elle, lentement. La participation d'étrangers dont des demandeurs d'asile à ces agressions semble en revanche se confirmer.

Publicité

Avec notre correspondant à BerlinPascal Thibault

Ce vendredi, le préfet de police de Cologne a été remercié en raison de sa gestion des vols et agressions sexuelles dont ont été victimes plus de 120 femmes lors de la nuit du Nouvel An. Wolfgang Albers, 60 ans, a attendu 5 jours avant de faire état de dizaines de plaintes déposées par des femmes victimes d'agressions en série.

Trente et un suspects ont été identifiés d’après le porte-parole du ministère de l’Intérieur fédéral. Parmi eux se trouvent des Algériens, des Marocains, des Syriens et des Iraniens ainsi que deux Allemands. Dix-huit de ces personnes sont des demandeurs d’asile. Ces suspects sont soupçonnés de vols et de violences physiques. Le même porte-parole n’a pas mentionné d’agressions sexuelles proprement dites ni évoqué des interpellations.

La radio-télévision publique WDR parle de deux interpellations. La police a découvert, d’après cette source, des images vidéos montrant des agressions de femmes le 31 décembre sur les téléphones portables des deux hommes ainsi qu’une feuille de papier avec des traductions de termes sexuels de l’arabe vers l’allemand.

L’implication de demandeurs d’asile dans les agressions de la Saint-Sylvestre à Cologne donc de personnes faisant potentiellement partie des centaines de milliers de réfugiés arrivés ces derniers mois provoque des débats politiques. La droite populiste et l’extrême droite instrumentalisent ces événements contre les migrants dans leur ensemble. Le mouvement anti-islam Pegida appelle à manifester samedi à Cologne. Les conservateurs mais aussi une partie de la gauche réclament des lois plus strictes et des expulsions le cas échéant contre les délinquants étrangers.

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.