Accéder au contenu principal
Union européenne

UE: une coopération transfrontalière renforcée contre la criminalité et le terrorisme

Le Parlement européen de Strasbourg, le 10 mai 2016.
Le Parlement européen de Strasbourg, le 10 mai 2016. REUTERS/Vincent Kessler

Après trois ans de négociations, les députés européens ont adopté en deuxième et dernière lecture un texte sur le renforcement d'Europol face à la menace terroriste. Il octroie plus de moyens à l’agence de police européenne. Car les attentats de Paris et de Bruxelles l’ont montré : le terrorisme ne connaît pas de frontières. Pour autant, il reste encore du chemin à parcourir avant qu’Europol puisse agir efficacement contre le terrorisme.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale au Parlement européen de Strasbourg,  Anastasia Becchio

Plus de budgets, plus de moyens pour l’agence de police européenne Europol. L’adoption d’un nouveau règlement améliore la coopération transfrontalière pour lutter contre la criminalité et le terrorisme.

On est encore loin d'un « FBI européen », prôné par certains, mais les avancées sont notables, selon l’eurodéputé belge Gérard Deprez, de l’Alliance des démocrates et des libéraux.

« Je salue encore la possibilité donnée à Europol d'échanger des informations, avec des entreprises privées, ce qui permettra dans certains cas de demander à des pourvoyeurs de services, à Facebook par exemple, de supprimer des pages à la gloire de l'Etat islamique. Toutefois, rien de sérieux n'est prévu pour créer ne fut-ce qu'un embryon de service de renseignement européen », déplore-t-il.

« L’échange d’informations est notre talon d’Achille », a souligné le commissaire européen à la Migration, Dimitris Avramopoulos, au moment d'ouvrir les débats qui ont précédé le vote. Un avis que partage la vice-présidente du Parlement européen, Sylvie Guillaume, de l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates.

« C'est un chemin long, dit-elle, parce qu'il faut vaincre des résistances, parce qu'on touche là aux questions de souveraineté et de compétence nationale, et surtout dans des sujets aussi sensibles que la coopération policière. Mais on part de tellement loin que l'on ne peut que progresser. »

Selon une étude citée par le commissaire à la Migration et aux Affaires intérieures, 80 % des citoyens européens souhaitent que l’Union européenne fasse plus d’efforts pour lutter contre le terrorisme.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.