Accéder au contenu principal
UE / Espagne / Portugal

La zone euro va déclarer l'Espagne et le Portugal en dérapage budgétaire

La Commission européenne avait recommandé de déclarer l'Espagne et le Portugal en «dérapage budgétaire».
La Commission européenne avait recommandé de déclarer l'Espagne et le Portugal en «dérapage budgétaire». REUTERS/Vincent Kessler

A peine quelques semaines après le séisme du Brexit en Europe, et sur fond d'euroscepticisme, les ministres des Finances de la zone euro qui sont réunis à Bruxelles vont déclarer ce mardi 12 juillet l'Espagne et le Portugal en dérapage budgétaire. Ils vont donc suivre la recommandation de la Commission européenne qui a ouvert la semaine dernière une procédure pour déficit excessif contre ces deux pays. Ils risquent de se voir infliger des amendes avant la fin du mois.

Publicité

Avec notre correspondante à Bruxelles,  Laxmi Lota

Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, l'a annoncé après la réunion des ministres des Finances. « Les membres de la zone euro vont soutenir à l'unanimité la recommandation de la Commission ». L'Espagne et le Portugal vont donc être déclarés en dérapage budgétaire.

Cette décision ouvre la voie à une procédure inédite de sanctions dans l'histoire de la monnaie unique. « Nous devons proposer des sanctions, explique Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques. Ces sanctions, on connaît le maximum, 0,2%. On connaît le minimum, c’est zéro. Donc nous allons engager un processus de dialogue pour que la décision soit la plus rapide possible et la plus sage possible. »

Le montant de l'amende infligée aux deux pays peut aller jusqu'à 0,2% du Produit intérieur brut (PIB), mais cette sanction peut aussi être symbolique. « Ce sont des règles intelligentes. Nous sommes prêts à travailler de façon constructive sans faire quoi que ce soit qui soit hostile à la croissance et à l’emploi dans ces pays qui doivent continuer bien sûr à pouvoir réduire le chômage et les inégalités », précise Pierre Moscovici.

A partir du constat de dérapage par leurs pairs de la zone euro, l'Espagne et le Portugal vont disposer de dix jours pour faire parvenir leurs arguments.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.