Accéder au contenu principal
Turquie / Otan

Des officiers turcs de l'Otan demandent l'asile à des pays alliés

Le chef de l'Otan Jens Stoltenberg a reconnu ce vendredi que des officiers turcs ont demandé l'asile à des pays alliés.
Le chef de l'Otan Jens Stoltenberg a reconnu ce vendredi que des officiers turcs ont demandé l'asile à des pays alliés. REUTERS/Francois Lenoir

Plusieurs officiers turcs de l'Otan ont demandé l'asile dans des pays membres de l'Alliance où ils servaient, à la suite des purges menées après la tentative de coup d'Etat en Turquie, selon le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, qui sera dimanche à Istanbul. Les demandes d’asile ne concernent pas que les officiers de l’armée turque. En Allemagne, le nombre de demandes d’asile politique déposées par des ressortissants turcs a doublé cette année.

Publicité

En moins d’un an, ils sont plus de 4 000 à avoir déposé une demande d'asile en Allemagne, deux fois plus que l’année dernière. Un nombre qui pourrait encore augmenter, car c’est dans ce pays qu’on trouve la plus importante diaspora turque en Europe.

L’Allemagne a d’ailleurs longtemps tenté de ménager Ankara, mais elle a changé de ton. Le ministère allemand des Affaires étrangères a promis d'accueillir les journalistes, scientifiques ou artistes qui « ne peuvent plus travailler en Turquie ».

Les relations entre Berlin et Ankara s’étaient déjà tendues après le vote en juin d'une résolution parlementaire condamnant le « génocide » arménien. Les Allemands ne cautionnent pas les purges qui touchent tous les secteurs de la société depuis le putsch avorté du 15 juillet en Turquie, et ils ne sont pas seuls.

Le rapporteur spécial de l'ONU sur la liberté d'expression estime que les menaces sécuritaires pesant sur ce pays ne donnent pas de « carte blanche » au gouvernement islamo-conservateur du président Recep Tayyip Erdogan. Le tableau qu’il a dressé à l’issue de sa visite dans ce pays est bien sombre : plus de 100 000 personnes ont été arrêtées, limogées ou suspendues.

Les médias n’ont pas été épargnés. De nombreux journalistes sont sous les verrous et des organes de presse purement et simplement fermés.

→ (Re) écouter : Turquie: des opposants politiques en garde à vue, Internet censuré (Invité de la mi-journée)

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.