Accéder au contenu principal
Piratage

Cyberattaque aux Pays-Bas: pas de vote électronique aux législatives

Les hackers qui s'en sont pris aux sites de différents ministères néerlandais seraient essentiellement originaires de Russie.
Les hackers qui s'en sont pris aux sites de différents ministères néerlandais seraient essentiellement originaires de Russie. Oliver Nicolaas Ponder / EyeEm

Après la présidentielle américaine, les hackers russes s’en prennent aux Pays-Bas. Plusieurs sites du gouvernement ont été attaqués. Les Pays-Bas, qui se préparent pour des élections législatives en mars prochain, annoncent même renoncer au vote électronique pour éviter tout problème. Le décompte des voix se fera à l’ancienne, à la main.

Publicité

En 2007, les Pays-Bas lancent le vote électronique. Dix ans plus tard, ils sont contraints et forcés d’aller à contresens de leur volonté de modernisation. A des milliers de kilomètres d’Amsterdam, cachés derrière leurs écrans, des pirates informatiques lancent leur cyberattaque. Principales cibles : les sites de plusieurs ministères.

Les services secrets des Pays-Bas identifient la provenance de cette agression. Mais c’est un journal néerlandais, citant des experts, qui révèle les détails. Chine, Iran, mais aussi et surtout Russie. Deux groupes liés au gouvernement russe seraient à l’origine de ces attaques.

Selon le FBI et les services de sécurité intérieure américains, ces deux groupes ont déjà sévi aux Etats-Unis. Ils sont d’ailleurs responsables de « cyber-activités nuisibles » contre des sites gouvernementaux.

Mais aux Pays-Bas, plus de peur que de mal finalement, cette cyberattaque ne semble pas avoir abouti. Toutefois par précaution, le royaume renonce à ce système de vote électronique jugé trop vulnérable. Les millions de bulletins de vote du 15 mars prochain seront comptés à la main.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.