Accéder au contenu principal
Russie / Etats-Unis

Retrait de l’accord sur le climat: Poutine refuse de juger la décision de Trump

Le président Vladimir Poutine lors d'une intervention au Forum économique international de Saint-Pétersbourg, ce vendredi 2 juin 2017.
Le président Vladimir Poutine lors d'une intervention au Forum économique international de Saint-Pétersbourg, ce vendredi 2 juin 2017. REUTERS/Grigory Dukor

Les Etats-Unis ont tenu une place importante au Forum économique international de Saint-Pétersbourg. En dépit des relations difficiles entre les deux pays, de nombreux hommes d'affaires américains avaient fait le déplacement, ce dont le président russe n'a pas manqué de se féliciter. Vladimir Poutine qui par ailleurs a été l'un des rares chefs d'Etat à ne pas critiquer la décision du président Trump de retirer les Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat.

Publicité

Avec notre correspondante à Moscou,  Muriel Pomponne

Vladimir Poutine a refusé de critiquer frontalement la décision de Donald Trump de se retirer de l'accord climat. Il s'est même montré très compréhensif . « Il faut penser aux travailleurs qui vont être évincés du système de production actuel. Le président Trump a peut-être estimé qu'il n'avait pas les moyens d'appliquer l'accord ».

Vladimir Poutine a même taclé Barack Obama qui a ratifié l'accord, sans y avoir peut-être assez réfléchi. D'ailleurs, la Russie n'a pas encore ratifié l'accord de Paris, car il faut d'abord étudier des aspects techniques importants. Finalement, le président russe tend pratiquement la main à Donald Trump en acceptant l'idée de réviser l'accord.

Il a utilisé ce ton conciliant vis-à-vis des Etats-Unis à plusieurs reprises lors de ce forum économique, en particulier avec les hommes d'affaires américains qui ont participé à une table ronde en présence du président russe. « Aidez-nous à rétablir un dialogue politique normal », leur a-t-il demandé.

Mais il a fustigé l'Otan, instrument de politique extérieure des Etats-Unis, même s'il s'est félicité que l'Alliance s'engage dans la lutte contre le terrorisme. Et il a une fois de plus rejeté les accusations d'interférence dans la campagne électorale américaine, souhaitant que l'on mette fin « à ce bavardage inutile et nuisible ».

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.