Accéder au contenu principal
Turquie / Médias

Turquie: près de 3000 journalistes ont perdu leur emploi depuis un an

Un homme lit le «Cumhuriyet», daté du 17 avril 2017, le quotidien emblématique de l'érosion de la liberté de la presse en Turquie. Une audience du procès de ses collaborateurs s’est tenue mardi 31 octobre 2017, à Istanbul.
Un homme lit le «Cumhuriyet», daté du 17 avril 2017, le quotidien emblématique de l'érosion de la liberté de la presse en Turquie. Une audience du procès de ses collaborateurs s’est tenue mardi 31 octobre 2017, à Istanbul. YASIN AKGUL / AFP

C’est « l’une des plus grandes prisons à ciel ouvert » pour les journalistes, selon l’expression de Reporters sans frontières (RSF). En Turquie, 160 journalistes sont incarcérés à l’heure actuelle. Et depuis la tentative de coup d’Etat en juillet 2016 et suite à la vague de répression qui a suivi, on compte également des centaines de journalistes qui ont perdu leur emploi. Des journalistes souvent proches de l’opposition et qui ont beaucoup de mal désormais à retrouver du travail.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul,  Alexandre Billette

Près de 3 000 journalistes ont perdu leur emploi depuis un an, souvent parce que le média pour lequel ils travaillaient a été fermé par décret. Soupçonné de soutenir les putschistes ou encore le « terrorisme » du PKK kurde ou de l’extrême gauche. Une définition très large qui englobe de nombreux médias d’opposition.

C’est pour l’un de ces médias que travaillait ce journaliste qui préfère garder l’anonymat : « Dans ce média, une centaine de personnes ont perdu leur travail. Et parce que nous étions considérés comme un média d’opposition, nous n’avions aucune chance de trouver un travail dans une autre rédaction. Moi, je n’ai réussi à être embauché nulle part. En fait, c’est un petit milieu, et tout le monde sait pourquoi vous avez été viré. »

Alors certains de ces journalistes ont quitté le pays, d’autres sont restés en Turquie, mais en changeant radicalement leur vie professionnelle.

« Des collègues ont dû se résoudre à faire un autre métier, poursuit le journaliste. Comme moi d’ailleurs. J’ai trouvé un travail auprès d’un menuisier ici à Istanbul, pour fabriquer des jouets pour enfants et des petites pièces en bois. »

Récemment, ce journaliste a finalement pu intégrer l’équipe d’un média d’opposition toujours en activité, sauf que les choses ne sont pas simples : dans cette rédaction les salaires n’ont pas été versés depuis six mois.

► (Re) lire : Turquie: reprise du procès du quotidien «Cumhuriyet»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.