Accéder au contenu principal
Italie

Après la dissolution du Parlement, les Italiens appelés aux urnes le 4 mars

Le président de République italienne en train de signer le décret sur la dissolution du Parlement, le 28 décembre 2017.
Le président de République italienne en train de signer le décret sur la dissolution du Parlement, le 28 décembre 2017. Reuters

Le président de la République italienne Sergio Mattarella a dissous jeudi 28 décembre le Parlement qui arrivait bientôt en fin de mandat, lançant officiellement la campagne pour les élections législatives qui se tiendront le 1er dimanche du mois de mars selon la décision prise dans la soirée en Conseil des ministres.

Publicité

Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

Les prochaines élections législatives se tiendront donc le dimanche 4 mars. D’ici là, le chef du gouvernement sortant Paolo Gentiloni et son exécutif continueront de gérer les affaires courantes.

Selon les derniers sondages, la coalition de centre-droit, menée par le parti Forza Italia de Silvio Berlusconi, devance largement celle de centre-gauche conduite par Matteo Renzi, dirigeant du Parti démocrate. Tandis que le Mouvement 5 étoiles reste la première force politique du pays. Mais ce mouvement n’entend faire aucune alliance préélectorale.

D’après tous les experts, aucun des trois blocs qui s’opposent ne parviendrait à obtenir une majorité suffisamment large pour gouverner. Car le nouveau mode de scrutin est fortement teinté de proportionnelle. D’où le risque accru de dispersion des voix. La campagne s’annonce en tout cas rude et dominée par de forts courants populistes.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.