Accéder au contenu principal
Russie / Otan

Europe du Nord: des missiles Iskander dans l'enclave russe de Kaliningrad

Des soldats russes équipent un système de missile Iskander à Kubinka, en Russie (image d'archives).
Des soldats russes équipent un système de missile Iskander à Kubinka, en Russie (image d'archives). REUTERS/Sergei Karpukhin/Files

La Russie confirme avoir déployé des missiles capables de transporter des charges nucléaires dans son enclave de Kaliningrad, sur la mer Baltique entre la Pologne et la Lituanie. Les Etats baltes s'inquiètent. Et en premier lieu la Lituanie, qui laisse entendre que c'est une bonne partie de l'Europe qui va se retrouver à portée des Russes. Pour Washington, ce déploiement est « un facteur de déstabilisation ».

Publicité

Quelques jours après l'annonce de la nouvelle posture américaine en matière de dissuasion nucléaire, qui devrait conduire notamment au développement de missiles de croisière à têtes nucléaires côté américain, notamment pour contrer la stratégie russe, Moscou se rappelle au bon souvenir de Washington.

La Fédération de Russie a révélé très officiellement la présence de missiles Iskander capables d'emporter des charges atomiques dans son enclave située en Europe du Nord, l'oblast de Kaliningrad, sur la mer Baltique. Un territoire séparé du reste du plus grand pays du monde par plusieurs Etats de la région.

A la place des Toshka ?

Selon Vladimir Shamanov, président de la commission de la Défense à la Douma, chambre basse du Parlement russe, il s'agit d'une réponse à la présence avancée de l'Otan dans les pays voisins : environ 4 500 hommes, officiellement déployés de manière tournante et répartis entre les pays baltes et la Pologne.

L'Alliance atlantique s'interroge : ces missiles russes sont-ils déployés de manière permanente ou temporaire ? Les Russes ont déjà une unité de missiles Toshka en permanence dans l'enclave, du matériel ancien. L'armée russe n'a jamais caché son intention de les remplacer par des Iskander, précise un expert.

Une violation de l'INF ?

Problème, les nouveaux missiles déjà aperçus à Kaliningrad ont une portée presque doublée, estimée à 500 km. Par ailleurs, dans certaines versions, les fusée Iskander peuvent propulser un missile de croisière à capacité nucléaire, susceptible ensuite d'évoluer de manière autonome.

Des tels armements viendraient remettre en question le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF), signé en 1987 à Washington par Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev et interdisant le déploiement en Europe de missiles intermédiaires d’une portée comprise entre 500 et 5 500 km.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.