Accéder au contenu principal
Pologne / Commerce et distribution

[Reportage] Pologne: premier dimanche sans commerces ouverts

Le centre commercial  Zlote Tarasy (ici, en juin 2016) est resté fermé ce dimanche 11 mars 2018, premier jour de l'entrée en vigueur d'une loi interdisant le commerce dominical, voulue par le syndicat de Solidarité et soutenue par l'Eglise catholique.
Le centre commercial Zlote Tarasy (ici, en juin 2016) est resté fermé ce dimanche 11 mars 2018, premier jour de l'entrée en vigueur d'une loi interdisant le commerce dominical, voulue par le syndicat de Solidarité et soutenue par l'Eglise catholique. Adrian Grycuk / Wikimedia Commons

Après l'Allemagne, l'Autriche et bien d'autres pays européens, les magasins seront également fermés le dimanche en Pologne. La loi signée par le président en début d'année est entrée en vigueur. Elle prévoit une fermeture progressive avant une interdiction totale en 2020. Ce dimanche 11 mars, les rideaux sont restés fermés pour la première fois. Comment les Polonais s'y sont-ils retrouvés ? Reportage.

Publicité

Avec notre correspondant à Varsovie, Damien Simonart

A côté de la gare centrale de Varsovie, les allées et venues sont incessantes dans le centre commercial Zlote Tarasy. Les gens vont au cinéma ou au restaurant, mais la galerie commerçante sonne creux, les 150 magasins sont fermés.

Ania, 22 ans, travaillait encore récemment dans une boutique de vêtement. Aujourd'hui elle peut enfin souffler. « J'ai toujours voulu avoir mon dimanche libre. A chaque fois, le matin je devais aller au travail pendant que les autres dormaient. Et plus tard, si je veux fonder une famille je préfèrerais rester à la maison le dimanche plutôt qu'aller travailler », confie Ania.

Krzysztof, retraité, a fait ses courses vendredi, mais il est contre cette nouvelle loi. « Ça devrait être mon choix, pas celui d'un homme politique. Là ils passent en force comme au temps du communisme », dit-il.

La loi prévoit de nombreuses exceptions. Parmi elles, un magasin peut ouvrir le dimanche seulement si son propriétaire et uniquement, lui, est à la caisse. C'est le cas de Mariusz : « Je n'ai pas le choix, mais je m'en sors. Les clients ne se plaignent pas trop. On verra, mais je pense que ce n'est pas une bonne loi. »

Cette année, les magasins seront encore ouverts deux dimanches par mois. En 2019, ce ne sera plus qu'un avant l'interdiction totale du commerce dominical en 2020.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.