Accéder au contenu principal
Russie / Diplomatie

Expulsion de diplomates russes: la solidarité avec Londres s'étend

Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'Otan (ici, le 15 mars à Bruxelles), a confirmé qu'il souhaitait organiser cette année une réunion du Conseil Otan-Russie.
Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'Otan (ici, le 15 mars à Bruxelles), a confirmé qu'il souhaitait organiser cette année une réunion du Conseil Otan-Russie. REUTERS/Yves Herman

La Belgique a annoncé à son tour, mardi 27 mars, l'expulsion d'un diplomate russe. Elle devient le 27e pays à expulser des émissaires de Moscou. Mardi également, l'Otan a annoncé le renvoi de sept représentants de la mission russe auprès de l'organisation. La Première ministre britannique Teresa May a laissé entendre que son pays pourrait prendre de nouvelles mesures contre Moscou et qu'elle préparait avec ses partenaires une réponse à long terme au problème posé par la Russie. Une réponse qui n'exclut pas forcément le dialogue.

Publicité

Près de 150 diplomates russes ont été déclarés persona non grata, de Londres à Washington en passant par Kiev et Paris, et l'Otan s'est joint à ce soutien massif au Royaume-Uni.

Côté européen, même la Hongrie, proche de Moscou, va expulser un diplomate russe, un geste est peut-être aussi un gage de bonne volonté dans un contexte tendu entre Budapest et Bruxelles.

Pas de front uni pour autant au sein de l'Union européenne. Plusieurs pays ont exprimé des réserves sur la réponse à apporter à la tentative d'assassinat d'un ex-agent double russe dans le sud de l'Angleterre.

Ainsi la Bulgarie estime qu'il ne faut pas tirer de conclusions hâtives sur les responsabilités dans cette affaire, et la Slovaquie se contentera de convoquer l'ambassadeur russe à Bratislava. L'Autriche, quant à elle, n'expulsera personne. Ce pays neutre, qui ne fait pas partie de l'Otan, entend jouer les médiateurs dans la crise.

La solidarité envers Londres est certes massive, mais rompre le dialogue avec Moscou est impossible, souligne un spécialiste de l'Otan.  Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'organisation, a d'ailleurs confirmé qu'il souhaitait organiser cette année une réunion du Conseil Otan-Russie.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.