Accéder au contenu principal
Union européenne / Internet

La loi sur la protection des données personnelles entre en vigueur dans l’UE

Pour mieux protéger les données personnelles, des droits renforcés pour les internautes et des sanctions inédites en cas d'abus seront applicables à partir de vendredi dans l'UE.
Pour mieux protéger les données personnelles, des droits renforcés pour les internautes et des sanctions inédites en cas d'abus seront applicables à partir de vendredi dans l'UE. Damien MEYER / AFP

Ce vendredi 25 mai, les internautes européens vont connaître une petite révolution. Le RGPD, le règlement général sur la protection des données, entre en vigueur. Cela passera peut-être inaperçu au quotidien, mais leurs données personnelles seront mieux protégées. Sont principalement visés les réseaux sociaux dont le modèle économique est centré sur la collecte de ces informations, au premier rang desquels, Facebook.

Publicité

Si vous êtes un internaute européen, vous l'avez sans doute remarqué : depuis quelques semaines, dans votre boîte mail, une succession de messages en provenance des sites auxquels vous êtes inscrits. Tous mettent à jour leurs conditions d'utilisation.

La raison tient en quatre lettres : RGPD, le règlement général pour la protection des données, qui entre en vigueur ce vendredi. Principale mesure : les entreprises doivent désormais obtenir le consentement explicite des internautes avant de recueillir et utiliser leurs données personnelles.

Gare aux sociétés qui ne se plieraient pas à la nouvelle réglementation. La sanction sera lourde, jusqu'à 20 millions d'euros d'amende ou 4% du chiffre d'affaires mondial.

Ce qu'on doit faire c'est extraire les données d'un outil pour les remettre à la personne. C'est pas forcément évident parce que les outils informatiques ont des langages qui sont spécifiques, c'est pas forcément facile d'extraire et puis ensuite il faut les réorganiser sur un format dit lisible par machine. Il faut garantir la sécurité et il faut qu'on puisse répondre à la personne dans un délai d'un mois. C'est un vrai défi.

Ce que prévoit le nouveau règlement européen sur la protection des données

Avec ces nouvelles dispositions, Bruxelles entend mieux protéger les citoyens européens après lesscandales de fuites, piratages et autres utilisations abusives de leurs données personnelles qui ont eu lieu ces dernières années.

Cette avancée n'aura cependant d'effets qu'en Europe. Rares sont les entreprises qui ont décidé d'appliquer ces nouvelles dispositions plus contraignantes à l'ensemble de leurs utilisateurs dans le monde.

it
Données personnelles: que va changer le RGPD pour vous ?

L’idée c’est de renforcer l’information qui est donnée aux utilisateurs. L’idée c’est d’obtenir un consentement libre et éclaire. Mais est-ce que c’est libre et éclairé que de dire "j’ai changé mes conditions générales d’utilisation mais si vous continuez à utiliser Twitter demain, ça veut dire que vous consentez de fait à ce que je traite vos données" ? Cela fait deux ans qu’on nous parle du RGPD, en nous disant que ça va changer beaucoup de choses, avec des sanctions, etc… Les acteurs ont, quelque part, joué le jeu. Ils se sont mis en conformité, mais avec manifestement l’idée qu’on va avoir une vision purement juridique du texte. On a envie de dire : tout ça pour ça ?

Caroline Lancelot-Miltgen


Critiques et craintes en Allemagne

Les mêmes règles plus protectrices pour les individus valent désormais dans les 28 pays de l'Union européenne. Mais la transition suscite des craintes et des critiques, même dans un pays en pointe sur ces questions comme l'Allemagne.

Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

DSGVO : c'est le petit nom dans sa version allemande du règlement général sur la protection des données. Une abréviation inconnue du grand public il y a peu, aujourd'hui plus recherchée sur le net que la chanteuse Beyoncé d'après le quotidien Frankfurter Allgemeine.

La protection des données privées est une question sensible en Allemagne qu'expliquent aussi les dictatures nazie et communiste. Et le pays a une longueur d'avance sur ces dossiers par rapport à certains de ses voisins européens. Un expert estime ainsi que 90% des nouvelles règles étaient déjà en vigueur.

Mais un vent de panique souffle malgré tout en Allemagne. Les entreprises critiquent des mesures trop bureaucratiques. 22% des PME seulement d'après un sondage ont déjà fait le nécessaire.

La déléguée nationale chargée de la protection des données Andrea Vosshoff rejette ces critiques des milieux économiques.

« L'Allemagne dispose d'un savoir-faire dans ce domaine, dit-elle. C'est pourquoi je rejette les critiques contre des règles qui limiteraient l'innovation. J'affirme plutôt au contraire que cette compétence en matière de protection des données personnelles peut constituer un atout au plan économique. Il est aussi nécessaire que les produits et services répondant à ses normes bénéficient d'un soutien politique. »

Les autorités se veulent rassurantes. « Nous n'allons pas immédiatement faire passer les gens à la caisse », affirme Andrea Vosshoff. Un autre responsable déclare, évoquant les amendes plus lourdes : « Nos dents sont plus acérées, mais nous n'allons pas mordre. »

Ecouter aussi : RGPD: comment et de qui va-t-elle protéger les données personnelles? (Décryptage)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.