Accéder au contenu principal
Russie / Etats-Unis

Affaire Skripal: Sergueï Lavrov monte au créneau face aux sanctions américaines

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, lors d'une réunion avec son homologue japonais à Moscou, le 31 juillet 2018.
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, lors d'une réunion avec son homologue japonais à Moscou, le 31 juillet 2018. REUTERS/Maxim Shemetov TPX IMAGES OF THE DAY

L'annonce de nouvelles sanctions américaines contre la Russie a une fois de plus renforcé les tensions entre Moscou et Washington. Selon le département d'Etat américain, cette nouvelle série de restrictions devraient être mises en application à partir du 22 août. La nature des sanctions n'a pas été révélée, mais Moscou promet d'ores et déjà des mesures symétriques. Ce vendredi, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a protesté contre cette annonce de nouvelles sanctions auprès de son homologue américain.

Publicité

Avec notre correspondant à Moscou, Etienne Bouche

Sergueï Lavrov et Mike Pompeo se sont entretenus par téléphone vendredi à l'initiative de la diplomatie américaine. Dans un communiqué, le ministère russe des Affaires étrangères synthétise cet échange en ces termes : « La partie russe rejette catégoriquement les nouvelles sanctions annoncées récemment par Washington en lien avec des informations présumées sur l'implication de la Russie dans la prétendue affaire Skripal ».

Selon Moscou, les sanctions américaines à venir n'ont aucune justification. « Ni les Etats-Unis, ni la Grande-Bretagne, ni aucun autre pays n'ont fourni aucun fait confirmant de telles affirmations », indique le communiqué russe. La veille, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, avait accusé Washington de vouloir influencer le cours de l'enquête.

En Russie, la presse aborde abondamment les potentielles conséquences de ces sanctions sur l'économie russe. Si Washington envisageait d'aller plus loin, une perspective qui a été évoquée, le Premier ministre russe Dmitri Medvedev assure qu'il s'agirait d'une « déclaration de guerre économique ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.