Accéder au contenu principal
Italie

Italie : Rome ne permet pas au «Diciotti» de débarquer à Catane

Les migrants du «Diciotti» attentendent dans le port de Catane, le 21 août 2018.
Les migrants du «Diciotti» attentendent dans le port de Catane, le 21 août 2018. REUTERS/Antonio Parrinello

Le patrouilleur de la marine militaire italienne, le Diciotti, qui a porté secours à de 177 naufragés dans les eaux maltaises la nuit du 15  au 16  août a obtenu le droit d’accoster à Catane, en Sicile, après six jours d’errance au large de Lampedusa. Mais, peu après, Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur, a donné ordre d’empêcher tout débarquement, tant que Bruxelles n’aura pas garanti une répartition des migrants dans différents pays de l’Union.

Publicité

Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

Dans le port de Catane, le quai où le navire des garde-côtes italiens a accosté, il y a foule. On y voit des policiers et carabiniers en arme, chargés de surveiller les mouvements à bord du Diciotti sur lequel se trouvent les 177 migrants secourus dans la nuit du 15 au 16 août.

Officiellement, les autorités parlent d’« escale technique ». Autrement dit, le patrouilleur militaire qui a été nettoyé, réapprovisionné en vivres, médicaments et carburant, pourrait repartir vers on ne sait quelle destination.

L'odyssée n'est pas terminée

Le feu vert pour accoster a été donné par le ministre 5 étoiles des Transports, Danilo Toninelli, en fin de journée, lundi 20 août. Mais comme il l’avait fait pour le navire Aquarius en juillet, Matteo Salvini, le ministre de l’Intérieur et chef de la Ligue, exige d’obtenir une garantie de répartition des migrants dans d’autres pays européens pour les laisser descendre du navire.

Les négociations menées par Bruxelles depuis plus de 48 heures, suite à la demande du chef de la diplomatie italienne, se révèlent complexes. Pour sa part, la représentante en Italie du Haut commissariat aux réfugiés (HCR), Carlotta Sami, rappelle que les adultes et les mineurs à bord du Diciotti ont subi des abus et tortures en Libye et ont le droit à demander l’asile.

A RELIRE : Italie: les migrants du Diciotti autorisés par la présidence à débarquer en Sicile

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.