Accéder au contenu principal
Russie / Ukraine

Assassinat de Zakhartchenko en Ukraine: une «provocation» selon le Kremlin

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, à Moscou, le 4 juillet 2018.
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, à Moscou, le 4 juillet 2018. Vasily MAXIMOV / AFP

L’assassinat ce vendredi d’Alexandre Zakhartchenko, président de la République « autoproclamée » populaire de Donetsk, c’est-à-dire dans la partie prorusse de l’Ukraine, risque d’avoir de lourdes conséquences. C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre le ministère russe des Affaires étrangères ce samedi. Cet assassinat vient s’ajouter aux assassinats d’autres chefs de guerre dans cette enclave séparatiste prorusse qui se retrouve, de facto, sans véritable leader. Un acte qualifié par le porte-parole du Kremlin de « provocation » qui remet en cause, selon la Russie, le processus de paix.

Publicité

« Il s’agit sans aucun doute d’une provocation. » La déclaration est de Dmitri Peskov, cité ce samedi par les agences de presse russes, rapporte notre correspondant à Moscou, Etienne Bouche. Pour le porte-parole du Kremlin, « la mort de Zakhartchenko va certainement aggraver les tensions dans la région ».

En Russie, cette idée est formulée par les principaux représentants du pouvoir.« Il est pour l’instant impossible d’organiser des discussions au format Normandie » a déclaré Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères. Une déclaration on ne peut plus claire qui met entre parenthèses le processus de paix en Ukraine.

La mort d’Alexandre Zakhartchenko, cet ancien électricien devenu milicien puis président de la République populaire autoproclamé de Donetsk « est une situation sérieuse qui doit être examinée » a précisé Sergeï Lavrov.

Des déclarations qui rejoignent celles effectuées la veille par le Kremlin qui estimait que cette mort allait certainement aggraver les tensions dans la région et miner le processus de paix lancé par les accords de Minsk en 2015 et parrainé par l’Allemagne et la France. Le président russe a dénoncé « ceux qui ont choisi la voie de la terreur, de la violence, de la peur » et qui « ne cherchent pas un règlement pacifique et politique du conflit ».

Ce vendredi, après l’annonce de cet assassinat, Vladimir Poutine avait dans un communiqué qualifié Alexandre Zakhartchenko de « véritable leader populaire », une « personne courageuse et déterminée », selon lui.

Un allié surtout dans le cadre de ces fameuses discussions au format Normandie. Moscou qui pointe du doigt le gouvernement ukrainien, responsable selon lui de l’attentat qui a couté la vie à ce dirigeant séparatiste.

Le Comité d’enquête russe a annoncé l’ouverture d’une enquête pour « acte de terrorisme international. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.