Accéder au contenu principal
Espagne / France

Manuel Valls officiellement candidat à la mairie de Barcelone

Manuel Valls annonce sa candidature à la mairie de Barcelone, le 25 septembre 2018.
Manuel Valls annonce sa candidature à la mairie de Barcelone, le 25 septembre 2018. REUTERS/Albert Gea

L'ancien Premier ministre français Manuel Valls a officialisé ce mardi 25 septembre sa candidature à la mairie de Barcelone pour les municipales de mai prochain. Il a annoncé qu'il allait démissionner de son poste de député en France.

Publicité

Le slogan qui illustrait son tract aux élections législatives en France en 2017 appartient désormais au passé. « Toujours avec vous ! », y proclamait Manuel Valls aux habitants de l'Essonne.

Il aura fallu plus de cinq mois à l'ancien Premier ministre français pour se lancer. Après avoir entretenu le suspense pendant des semaines, l'ancien locataire de la mairie d'Evry, dans la région parisienne, a officialisé sa candidature à celle de Barcelone depuis le Centre de culture contemporaine de la capitale catalane. « Je veux être le prochain maire de Barcelone », a déclaré l'ex-chef du gouvernement français, né ici il y a 56 ans.

Je vous ai convoqués et invités aujourd'hui avec l'intention de vous annoncer qu'après un temps, un temps long et sérieux de réflexion, j'ai pris la décision suivante : je veux être le prochain maire de Barcelone.

Ecouter la déclaration de Manuel Valls en catalan

Il a annoncé dans la foulée qu'il renoncera dès la semaine prochaines à toutes ses activités politiques en France et que, quel que soit le résultat de cette élection, il resterait vivre dans la deuxième ville d'Espagne.

Aucune grande figure politique catalane n'était présente pour assister à cette officialisation, a constaté notre correspondante à Barcelone, Elise Gazengel. Même les dirigeants de Ciudadanos, ce parti de droite qui l'avait invité à se présenter sous leur étiquette, étaient absents.

Face à des invités et journalistes français et catalans, Manuel Valls a développé son projet de plateforme citoyenne, sans étiquette politique. L'ex-candidat à la présidentielle française veut ainsi créer son propre électorat pour les municipales de mai 2019. Pour l'architecte et figure régionale Oscar Tusquets, ce choix est une manière de rassembler plus largement son électorat : « Il faut le soutien, et Manuel Valls l'aura, de Ciudadanos, mais ce n'est pas le candidat d'un parti isolé, c'est le candidat des Barcelonais ».

En critiquant la maire actuelle, Ada Colau, qu'il accuse d'un manque de fermeté, le nouveau candidat a posé dès le départ ses premières idées pour la ville. Il a également réitéré son opposition au projet indépendantiste.

Il a ses chances.

Gabriel Colomé, professeur de sciences politiques à l'Université autonome de Barcelone

Une candidature inédite

Cette candidature à une élection municipale dans une grande métropole après une carrière politique de premier plan dans un autre pays est inédite en Europe. Pour Manuel Valls, c'est un nouveau défi à 1 000 kilomètres de son fief électoral. Un nouveau départ aussi pour celui qui ne s'est jamais vraiment remis de sa défaite face à Benoît Hamon à la primaire de la gauche en 2017. Noyé dans le groupe des députés En Marche !, sans aucune influence sur le gouvernement, Manuel Valls a fini par être aux abonnés absents à l'Assemblée.

→ (Re)lire : Manuel Valls : « Je quitte le Parti socialiste, ou le Parti socialiste me quitte »

Pour faire taire les critiques sur son parachutage international, Manuel Valls a tenu à mettre en avant son expérience passée : « J'ai l'expérience d'avoir géré pendant de nombreuses années une ville de la périphérie de Paris, j'ai été ministre de l'Intérieur et j'ai gouverné la France », a-t-il rappelé.

Pour ses opposants, cette tentative de reconversion est une nouvelle trahison. Ses amis y voient au contraire un acte de combattant. L'intéressé explique quant à lui que désormais, c'est uniquement l'avis des Barcelonais qui compte à ses yeux. En changeant de terre politique, Manuel Valls tourne une page dans sa carrière. Un de ses amis en est persuadé : cette aventure barcelonaise est un aller sans retour.

Il essaie de pouvoir avoir un avenir ailleurs. Je pense qu'il a compris que ce sera difficile pour lui d'aller au-delà de la place de Premier ministre et qu'il y a donc une aventure à tenter à Barcelone.

Valls candidat à Barcelone: à l'Assemblée nationale, des députés magnanimes

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.