Accéder au contenu principal
Allemagne

Allemagne: le parti d’extrême droite AfD incite élèves et parents à la délation

Les leaders de l'AfD Alexander Gauland et Alice Weidel.
Les leaders de l'AfD Alexander Gauland et Alice Weidel. REUTERS/Axel Schmidt

Après Hambourg, c'est à Berlin que le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne a mis lundi un site en ligne pour appeler les élèves ou leurs parents à dénoncer des professeurs dont les cours ne seraient pas neutres. En clair, il s’agit de critiquer des enseignants à qui l’on reproche de prendre parti contre l’AfD. L’initiative crée la polémique.

Publicité

De notre correspondant à Berlin,

Le parti AfD s’estime victime des institutions établies et plus encore leur reproche des commentaires qu’il considère comme non objectifs. Cela est particulièrement vrai dans les cas des médias surnommés « presse mensongère ». D’où des dénonciations régulières et le développement de sources d’information maitrisées par l’AfD, à commencer par les réseaux sociaux qui rencontrent un vif succès.

Pour le parti, les enseignants sont trop à gauche et ils ne respecteraient pas le principe de neutralité prévalant à l’école en critiquant l’AfD, soit de front soit en évoquant en cours des sujets comme le racisme ou l’antisémitisme pour lesquels il est difficile de ne pas évoquer les positions des différents partis. D’où le lancement d’un tel site à Hambourg le mois dernier et lundi à Berlin. D’autres régions doivent suivre. Les parents d’élèves ou leurs enfants peuvent se plaindre et critiquer un enseignant.

Une initiative décriée

Les réactions ont été unanimement négatives concernant cette initiative. Les responsables politiques de droite et de gauche, et les syndicats d’enseignants, ont dénoncé une initiative favorisant la dénonciation. Dans les milieux de l’enseignement, on souligne que le meilleur moyen en cas de problème est de recourir à la voie interne et de contacter l’enseignant concerné ou sa hiérarchie.

Les responsables soulignent qu’un professeur ne doit pas imposer ses vues à ses élèves mais a le droit d’avoir une opinion. La neutralité ne doit pas signifier que les écoles renoncent à combattre le racisme, les discriminations, des valeurs universelles, pour ne pas irriter l’AfD.

Même au sein de l’AfD, certains responsables ont émis des critiques contre cette initiative. A Hambourg où le premier site a été lancé par le parti d’extrême droite, d’aucuns ont choisi la dérision pour le combattre en l’inondant de commandes de pizzas ou de publications satiriques.

L’AfD, spécialiste des polémiques

L’AfD a, comme souvent par des provocations ou des initiatives politiquement incorrectes, gagné une manche. La polémique est omniprésente dans les médias et permet au parti de faire parler de lui. Et même si les conséquences concrètes resteront minimes, l’initiative peut contribuer à déstabiliser certains enseignants qui volontairement ou inconsciemment pourraient à l’avenir modifier le contenu de leurs cours.

Les autorités ont les mains liées et ne peuvent pas empêcher de tels sites. Sauf si des contenus offensants y sont publiés ou si des données personnelles concernant des enseignants sont publiées ; la justice pourrait alors être saisie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.