Accéder au contenu principal
COP24 / Pologne

COP24: la Pologne ne permettra pas qu’on touche à son industrie minière

Le président polonais Andrzej Duda lors de l'ouverture de la COP24 à Katowice, le 3 décembre 2018.
Le président polonais Andrzej Duda lors de l'ouverture de la COP24 à Katowice, le 3 décembre 2018. REUTERS/Kacper Pempel

La COP24 se poursuit à Katowice en Pologne. Mardi, les ONG ont appelé les gouvernements à garder les énergies fossiles sous terre. Un message notamment destiné au pays hôte dont près de 80% de l’électricité est produite à partir du charbon. Dans le même temps, le président polonais Andrzej Duda a affirmé que tant qu’il sera président, personne n’assassinera l’industrie minière.

Publicité

Avec notre correspondant à Varsovie,  Damien Simonart

Le gouvernement polonais n’a pas choisi Katowice au hasard pour l’organisation de la COP24. La ville est située au cœur du bassin minier de Silésie d’où plusieurs millions de tonnes de charbon sont extraites chaque année.

Mardi, jour de la Sainte-Barbe, fête annuelle des mineurs, Andrzej Duda a lancé devant eux que tant qu’il sera président, il ne permettra pas « qu’on assassine l’industrie minière ». Sur la COP 24, il déclare : « nous sommes ses organisateurs, mais nous y sommes aussi pour dire la vérité sans tenir compte du politiquement correct, ce dernier étant très souvent dicté par des intérêts étrangers et non polonais. »

Dans le même temps à la COP24, son Premier ministre Mateusz Morawiecki tenait un discours plus policé affirmant que la Pologne comptait diminuer sa dépendance au charbon et miser sur les énergies renouvelables telles que les éoliennes en mer, le photovoltaïque ou encore l’énergie atomique. Une perspective toutefois très lointaine, les premières centrales nucléaires étant envisagées en Pologne pour la décennie 2030.

(Ré) écouter : La Pologne, malade de son charbon (Grand reportage)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.