Accéder au contenu principal
Royaume-Uni / Brexit

Theresa May annonce au Parlement le report du vote sur l'accord de Brexit

Theresa May sort du 10 Downing Street à Londres le 10 décembre 2018.
Theresa May sort du 10 Downing Street à Londres le 10 décembre 2018. REUTERS/Phil Noble

Theresa May a annoncé ce lundi 10 décembre aux députés britanniques le report du vote sur l'accord de sortie de l'Union européenne, prévu mardi, en raison des profondes divisions des parlementaires britanniques qui menaçaient de le voir rejeté.

Publicité

Le vote du Parlement britannique concernant l'accord de Brexit n'aura finalement pas lieu mardi 11 décembre.

« Nous allons reporter le vote prévu demain » mardi, a déclaré Theresa May, soulignant que les députés britanniques demeuraient particulièrement opposés à la solution trouvée pour éviter le retour d'une frontière physique entre la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande, dite solution du « backstop », « le filet de sécurité », et que ces divisions menaçaient de voir l'accord rejeté.

J’ai écouté attentivement ce qui a été dit au sein de cette Chambre et à l’extérieur... (rires)Il est clair que s’il y a un large soutien sur de nombreux aspects majeurs de cet accord, en revanche, sur la clause de sauvegarde pour l’Irlande du Nord, la préoccupation reste générale et profonde. Par conséquent, si nous devions voter demain, l’accord serait rejeté à une forte majorité. Nous allons donc reporter le vote prévu demain. J’ai parlé à plusieurs dirigeants européens au cours du week-end et avant le sommet européen de jeudi, je vais rencontrer d’autres homologues européens, et les présidents du Conseil et de la Commission. Je discuterai avec eux des préoccupations dont cette Chambre s’est fait l’écho. Nous examinons la possibilité d’obtenir de nouvelles garanties sur le fait que cette Chambre aura son mot à dire pour s’assurer que la clause de sauvegarde ne reste pas en place indéfiniment.

La Première ministre britannique Theresa May: «Si nous devions voter demain, l’accord serait rejeté à une forte majorité. Nous allons donc reporter le vote prévu demain»

Sous les quolibets des députés, la Première ministre a dit avoir « entendu » les inquiétudes de la Chambre à propos du backstop, la clause de sauvegarde entourant la frontière irlandaise et annoncé qu’elle retournerait à Bruxelles pour tenter d’obtenir des garanties supplémentaires à ce sujet de la part du bloc européen, rapporte notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix.

Une tentative qui se fera en marge du Conseil européen programmé à partir de jeudi à Bruxelles. Mais sans surprise, la tentative de Theresa May de jouer la montre et sauver sa position a hérissé la Chambre des Communes.

« Cette situation de chaos est sans précédent et montre que le gouvernement a complètement perdu le contrôle des événements », s’est étranglé Jeremy Corbyn et le dirigeant de l’opposition travailliste de demander à nouveau à Theresa May de céder la place pour permettre au parti travailliste de former un gouvernement minoritaire afin de renégocier un autre accord de retrait.

Plusieurs députés ont d’ailleurs appelé le Labour à déposer une motion de censure contre la Première ministre au plus vite, tandis que de leur côté, les adeptes d’un Brexit sans concession ont déjà indiqué que si le « backstop » n’était pas rayé de l’accord purement et simplement ils voteraient contre. Et on peut s’attendre à une nouvelle tentative des Brexiters durs conservateurs de faire tomber Theresa May lors d’un vote de défiance interne au parti Tory dans les prochains jours.

La défaite aux Communes s’annonçait sanglante, Theresa May s’est donc résolue à reculer - reportage

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.