Accéder au contenu principal
Ukraine / Russie

Moscou interdit l’importation de plus de produits ukrainiens, coup dur pour Kiev

Le président ukrainien Petro Porochenko lors d'une réunion à Kiev, le 26 décembre 2018.
Le président ukrainien Petro Porochenko lors d'une réunion à Kiev, le 26 décembre 2018. Mykola Lazarenko/Ukrainian Presidential Press Service/Handout vi

La Russie a annoncé samedi 29 décembre l’interdiction de l’importation de produits ukrainiens sur son territoire après les sanctions décrétées par le gouvernement à Kiev. Ceux-ci étaient déjà une réaction à l’escalade militaire en mer Noire de novembre. L’interdiction du blé, du chocolat et de la bière, entre autres, est un nouvel épisode dans les nombreuses sanctions commerciales que les deux pays se sont imposées depuis le début du conflit à l’est du pays, en 2014. Nouveau signe de rupture entre Kiev et Moscou, il s’agit surtout d’une mauvaise nouvelle pour l’économie ukrainienne.

Publicité

Avec notre correspondant à Kiev, Sébastien Gobert

À Kiev, l’annonce russe ne surprend pas. Des mesures de représailles venues de Moscou étaient attendues et elles ne marquent qu’un épisode de plus dans la guerre que se livrent les deux pays sur les plans commercial, militaire, énergétique et financier, ainsi que médiatique et même religieux.

Dans cette dernière vague, l’interdiction du chocolat ukrainien est tout à fait symbolique et vise le président Petro Porochenko : le roi du chocolat, tel qu’il est surnommé, avait bâti une partie de sa fortune dans la confiserie. Là encore, rien de nouveau, car ses produits avaient déjà été interdits par le Kremlin en 2013, avant même l’annexion de la Crimée.

Reste que ces sanctions supplémentaires ne vont pas aider l’économie ukrainienne, qui peine à sortir d’un profond marasme. La balance commerciale est déficitaire et est dépendante de la Russie à hauteur de 12%. L’interdiction de 18 catégories de produits représenterait un manque à gagner d’environ 500 millions d’euros.

Le gouvernement à Kiev s’estime néanmoins confiant : il mise sur une reconversion rapide de ses industriels, dans le cadre de la modernisation et de l’intégration européenne de son économie. L’Union européenne est déjà le premier partenaire commercial de l’Ukraine, à hauteur de 40%.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.