Accéder au contenu principal
Roumanie / Union européenne

La Roumanie toujours pas dans l'espace Schengen

La Première ministre roumaine Viorica Dancila et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker à Bucarest, le 11 janvier 2019. M. Juncker a lancé une série de mises en garde à Bucarest pour sa première présidence de l'UE.
La Première ministre roumaine Viorica Dancila et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker à Bucarest, le 11 janvier 2019. M. Juncker a lancé une série de mises en garde à Bucarest pour sa première présidence de l'UE. Inquam Photos/Octav Ganea via REUTERS

La Roumanie vient de prendre la présidence tournante de l'UE pour les six mois à venir. La Roumanie qui a adhéré à l'UE en 2007, mais qui ne fait toujours pas partie de l'espace Schengen. Un sujet qui a largement dominé le lancement officiel de cette présidence qui a eu lieu ce vendredi à Bucarest.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Bucarest, Joana Hostein

De la frustration. Voilà ce que ressentent les Roumains parce qu'ils ne peuvent toujours pas voyager librement, sans passeport et sans contrôle dans l'espace Schengen. Ce sont les mots du président roumain Klaus Iohannis. Et pourtant, rappelle-t-il, le pays est prêt depuis 2011.

Des pays s'opposent

Les conditions techniques sont remplies depuis cette date-là, mais plusieurs pays s'y opposent. Les Pays-Bas en tête. Les autorités néerlandaises doutent de la capacité de la Roumanie à assurer un réel contrôle aux frontières contre l'immigration illégale, contre les différents trafics.

Pour le président du Parlement européen, il est temps que ces pays revoient enfin leur position. « J’adresse un appel aux Etats membres qui bloquent cette adhésion et j’invite à modifier leur position. L’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarieà l’espace Schengen sera bénéfique pour la sécurité de tous les pays européens. Et j’espère qu’elle sera conclue sous votre présidence », a déclaré Antonio Tajani.

Entrée dans Schengen peu probable

Mais il paraît peu probable que la Roumanie rejoigne l'espace Schengen avant la fin de la présidence roumaine en juillet. Les dérives du pays en matière d'Etat de droit ne devraient guère encourager les pays récalcitrants à lever leur veto.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.