Accéder au contenu principal
Suisse / Religion

Suisse: Genève interdit aux employés publics de porter des symboles religieux

La nouvelle loi étend cette interdiction aux élus et à tous les employés publics en contact avec le public.
La nouvelle loi étend cette interdiction aux élus et à tous les employés publics en contact avec le public. Sylvain Grandadam/Gamma-Rapho via Getty Images

A Genève, les fonctionnaires ont interdiction de porter des signes religieux. La ville vient d'adopter par référendum une nouvelle loi sur la laïcité. Comme souvent, c'est la question du voile qui a cristallisé toutes les controverses.

Publicité

Avec notre correspondant à Genève,  Jérémie Lanche

Avec 55% de oui et 44% de participation, on ne peut pas parler de franc-succès. Mais l'essentiel est là : dorénavant, les fonctionnaires et les parlementaires genevois ne pourront plus porter de signes religieux distinctifs.

Une mesure essentielle dans la lutte contre le communautarisme, disent les partisans du texte, les partis de droite et les Eglises. Pour la gauche, les syndicats, les associations féministes et musulmanes, en revanche, la loi est discriminatoire à l'égard des femmes voilées.

Une seule élue porte le voile dans tout le canton, l'un des deux seuls officiellement laïcs en Suisse. Car c'est la particularité ici : la confédération laisse les mains libres aux collectivités pour gérer les relations avec les différents cultes. La plupart des cantons récoltent ainsi l'impôt pour les Eglises. Rien de cela à Genève, sans doute la ville la plus multiculturelle de Suisse.

L'exécutif a laissé entendre que l'application de la loi se ferait avec souplesse. Elle n'est d'ailleurs pas encore en vigueur : plusieurs recours ont été déposés devant la justice.

(Re) lire : Les députés suisses votent l'interdiction de la burqa

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.