Accéder au contenu principal
Algérie / Bouteflika

Algérie: une avocate demande la mise sous curatelle du président Bouteflika

Des manifestants contre un cinquième mandat du président Bouteflika se sont rassemblés devant l'hopitâl où il est actuellement soigné à Genève le 8 mars 2019.
Des manifestants contre un cinquième mandat du président Bouteflika se sont rassemblés devant l'hopitâl où il est actuellement soigné à Genève le 8 mars 2019. REUTERS/Marina Depetris

Peut-on présider aux destinées d'un État et être placé sous curatelle en même temps ? La question se pose pour une ressortissante algérienne. Elle a demandé à un tribunal suisse de placer Abdelaziz Bouteflika sous curatelle. Motif : le président algérien ne serait plus capable de discernement. Elle accuse même son entourage de manipuler le chef d’État de 82 ans, toujours hospitalisé en Suisse.

Publicité

Avec notre correspondant à Genève,Jérémie Lanche

L'avocate qui a déposé le dossier devant le Tribunal de protection de l'adulte et de l'enfant de Genève demande la nomination d'un ou plusieurs curateurs en raison de l'état de santé d'Abdelaziz Bouteflika.

Si le mystère plane toujours sur les raisons de son hospitalisation en Suisse, le président algérien ne serait plus maître de ses actes selon elle. Pas plus de sa décision de se présenter à un cinquième mandat.

C'est une mesure de protection pour protéger les intérêts d'une personne quand on estime que ses proches ou son entourage n'est pas apte à le faire. C'est une requête qui se fait sur signalement et n'importe qui peut le faire. Je devais prouver l'urgence. Je me suis basée sur des faits notoires : l'historique du président Bouteflika, son AVC en 2013 et le fait qu'il est hospitalisé universitaires de Genève et non pas dans une clinique privée du canton de Vaud où il a l'habitude de séjourner. Ces faits forment une suspicion assez forte pour prouver que les communiqués de presse qui figurent sur le site officiel n'émanent pas de lui mais de son entourage.

Saskia Ditisheim

L'avocate dénonce une instrumentalisation venue de l'entourage du président algérien. La meilleure preuve serait pour elle que les futurs curateurs obtiennent la levée du secret médical à l'égard d'Abdelaziz Bouteflika.

Nous n'en sommes évidemment pas encore là. La requête a très peu de chances d'aboutir. Mais elle s'inscrit dans un contexte de tension croissante en Suisse autour de la présence supposée mais jamais avérée d'Abdelaziz Bouteflika dans un hôpital à Genève.

Ce samedi 9 mars, 200 personnes ont encore manifesté dans la ville contre un cinquième mandat du président algérien.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.