Accéder au contenu principal
Russie

Russie: indignation sur le sort de baleines capturées pour être vendues en Chine

A Moscou en Russie, des militants dénoncent le sort de baleines détenues pour être vendues à des parcs aquatiques en Chine
A Moscou en Russie, des militants dénoncent le sort de baleines détenues pour être vendues à des parcs aquatiques en Chine D.Vallot/RFI

La capture d’une centaine d’animaux marins, des orques et des bélugas, destinés à être vendus à des parcs d’attraction en Chine, fait grand bruit en Russie. Une pétition en ligne pour demander la libération des cétacés a rassemblé plus de 1,4 million de signatures et les militants écologistes maintiennent la pression sur les autorités, pour que les mammifères marins soient libérés.

Publicité

De notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

Ils se sont donné rendez-vous sur une place du centre de Moscou. A leurs pieds, un dessin en trois dimensions représentant l’une des orques tenues en captivité. Pour Ohannes Targulian, militant de Greenpeace, il faut dès que possible fermer cette « prison à baleines » et libérer des animaux qui ont été capturés illégalement: « Ils ont des problèmes de peau, et l’endroit où ils sont enfermés est trop petit, ils n’ont pas assez d’espace… les baleines sont en prison, leurs conditions de vie n’ont pas changé et déjà trois bélugas et une orque sont morts… nous sommes très inquiets ! »

Depuis que l’existence de ces enclos a été révélée par les militants écologistes, en octobre dernier, la justice s’est emparée de l’affaire et des experts ont été sollicités par les autorités pour trouver une solution. Une solution bloquée, selon Greenpeace, par les entreprises qui ont capturé les cétacés. Grigory Tsidulko, expert en mammifères marins et membre de Greenpeace : « Elles disent avoir des contrats avec des aquariums en Chine, 3 millions de dollars pour chacune des orques. Cela fait donc au moins 30 millions de dollars, sans compter les bélugas. C’est beaucoup d’argent qui est en jeu, et il y a un processus en cours, pour empêcher leur libération. C’est notre principale préoccupation. »

Ce mardi, les autorités de la région de Primorié, où se trouvent les cétacés, ont promis l’ouverture d’un centre de réhabilitation pour les animaux capturés… mais les ONG continuent elles de réclamer leur libération « sans condition » d’ici au mois de juin.

Pétition en ligne pour la libération des cétacés

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.