Accéder au contenu principal
Autriche

Autriche: une loi pour la taxation des géants du numérique à l'étude

Le siège officiel de Airbnb, à San Francisco (photo d'illustration).
Le siège officiel de Airbnb, à San Francisco (photo d'illustration). REUTERS/Gabrielle Lurie

Après la Grande Bretagne et la France, c’est l’Autriche qui s’apprête à légiférer sur une taxation des géants du numérique, les Gafa. Le gouvernement autrichien a détaillé mercredi 3 avril son projet de taxation.

Publicité

Taxer à hauteur de 5% les revenus publicitaires des sociétés du numérique qui font plus de 25 millions de chiffre d’affaires. C’est la première mesure autrichienne pour taxer les géants du Net. Cette idée n’est pas nouvelle, elle avait été proposée au niveau européen quand l’Autriche était présidente de l’UE en fin d’année dernière, mais la taxe surnommée Gafa qu’a présenté, mercredi 3 avril, le gouvernement conservateur autrichien contient plus que ça.

Il est également prévu de soumettre à la TVA les produits vendus sur internet à un prix inférieur à 22 euros. Car il faut savoir que les achats n’excédant pas la vingtaine d’euros, les livres de poche achetés sur Amazon par exemple, sont aujourd’hui exemptés de TVA en Europe.

Ojectif : obtenir 200 millions d'euros

L’Autriche cible aussi un type d’entreprise en particulier : les plateformes de locations en ligne comme Airbnb qu’elle veut plus responsabiliser. Ces entreprises ne pourront plus accuser leurs clients d’être négligents, et elles seront tenues responsables des revenus non déclarés par leurs usagers.

Avec ces trois mesures, l’Autriche espère obtenir 200 millions d’euros, ce n’est pas grand-chose ramené aux quelques 350 milliards de PIB du pays, mais c’est déjà beaucoup plus que la plupart des pays européens qui continuent de faire des fleurs aux géants du numérique. Des géants imposés en Europe à hauteur de 9% contre 23% pour les entreprises en général.

L'idée d'une taxation spécifique des multinationales du numérique, gagne du terrain à l'échelle européenne, mais se heurte à l'opposition d'une poignée d'États. Un projet de taxe Gafa européenne a été reporté sine die le mois dernier en raison de l'opposition de l'Irlande, de la Suède, du Danemark et de la Finlande, l'unanimité étant requise en la matière.

►À lire aussi: France: la «taxe Gafa» présentée mercredi au Parlement

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.