Accéder au contenu principal
Allemagne

Allemagne: l'AfD surfe sur le coût de l’aide aux réfugiés

L'eurodéputé Joerg Meuthen, président de l'AfD, à Milan lors d'une réunion avec les partis nationalistes et d’extrême droite européens, le 18 mai 2019.
L'eurodéputé Joerg Meuthen, président de l'AfD, à Milan lors d'une réunion avec les partis nationalistes et d’extrême droite européens, le 18 mai 2019. REUTERS/Alessandro Garofalo

Aucun sujet n'a autant secoué la société allemande comme l'arrivée de centaines de milliers de migrants en 2015. Depuis, ce thème figure parmi les préoccupations centrales des électeurs et suscite toujours des polémiques. Un rapport annuel du ministère des Finances sur le coût de l'accueil des réfugiés, présenté ce matin au Conseil des ministres, a à nouveau provoqué des polémiques.

Publicité

De notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

« L’addition de l’immigration de masse de Merkel toujours plus salée. » « Une fête de bienvenue super chère sur le dos de nos concitoyens. » Pour les responsables de l’AfD, le parti d’extrême-droite, le rapport du ministère des Finances sur les coûts de l’accueil des réfugiés était du pain bénit. La somme globale dépensée par l’Etat est passée de 2017 à 2018, de 21 à 23 milliards d’euros.

Mais la réalité est un peu plus complexe. L’opposition critique d’ailleurs des chiffres qu’elle juge exagérés et demande au gouvernement de faire preuve de plus de transparence.

L’augmentation sur les deux dernières années s’explique d’abord par l’augmentation de 16 % du budget destiné à financer des projets en Afrique pour lutter contre les causes de la migration, soit au total huit milliards d’euros.

Sur les 23 milliards d’euros mentionnés dans le rapport du gouvernement, un tiers est consacré à l’intégration des migrants et est versé aux régions et aux communes. Il s’agit des allocations perçues par les demandeurs d’asile, des programmes pour l’intégration des réfugiés ou de l’aide sociale touchée par 400 000 familles.

Le rapport intègre en revanche des sommes comme le soutien aux crèches ou l’aide aux constructions de logement qui ne concernent qu’à la marge les migrants.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.