Accéder au contenu principal
Russie / Climat

Grève du climat: le combat solitaire d'un étudiant russe

À Moscou, Arshak Makichyan a rejoint tout seul les lycéens et étudiants du monde entier qui font une «grève scolaire» pour le climat depuis plusieurs mois tous les vendredis après-midi.
À Moscou, Arshak Makichyan a rejoint tout seul les lycéens et étudiants du monde entier qui font une «grève scolaire» pour le climat depuis plusieurs mois tous les vendredis après-midi. Instagram / Arshak Makichyan

Les jeunes du monde entier sont à nouveau appelés à descendre dans la rue ce vendredi 24 mai pour défendre le climat et la planète. Cette « grève mondiale pour le climat » n’aura pas la même ampleur dans tous les pays. En Russie, par exemple, les questions écologiques ne sont guère évoquées par les médias et par les autorités et les jeunes qui souhaitent s’exprimer sur la question sont bien souvent très isolés. RFI a rencontré l’un de ces jeunes militants qui se mobilisent malgré tout pour dénoncer les changements climatiques.

Publicité

Avec notre correspondant à Moscou,  Daniel Vallot 

C’est un combat qu’il mène seul, depuis 11 semaines. Tous les vendredis, Arshak Makichyan manifeste avec sa pancarte, en plein cœur de Moscou.

Âgé de 24 ans, cet étudiant a longtemps hésité avant de se lancer. « Au début, j'avais peur de protester parce qu'en Russie c'est dangereux, mais j’ai décidé qu'il fallait agir pour la défense du climat et j’ai eu l’idée de faire un piquet solitaire », explique-t-il.

En Russie, pour manifester sans autorisation préalable, il faut impérativement être seul. C’est l’origine de ces « piquets solitaires » devenus l’une des principales formes de mobilisation dans le pays. Mais cela n’empêche ni les contrôles de police ni les regards parfois malveillants des passants.  

« On ne m'a pas encore tapé dessus, pourtant j'ai lu que les policiers envoient parfois des provocateurs s'il y a un piquet solitaire. Donc, oui, ça me fait peur », avoue-t-il.

Malgré tout, Arshak veut continuer à parler d’écologie dans un pays où, dit-il, la question n’intéresse ni les médias ni les autorités.

« Ceux qui me voient vont peut-être s’intéresser au réchauffement, mais  la plupart des gens en Russie ne savent pas ce que c’est. Ou alors ils disent qu’il n’y a pas de preuve, que c’est une invention américaine. »

Pour participer aujourd’hui à la grève mondiale pour le climat, Arshak devra une fois de plus le faire seul avec sa pancarte. Selon le jeune homme, les autorités ont, en effet, refusé l’organisation d’une manifestation collective.

À lire aussi : Greta Thunberg, la force tranquille du climat

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.