Accéder au contenu principal
Pologne

Pédophilie: frustration en Pologne en marge de la visite de l'expert du Vatican

Mgr Charles Scicluna, archevêque de Malte, le 14 juin 2019 à Wałbrzych.
Mgr Charles Scicluna, archevêque de Malte, le 14 juin 2019 à Wałbrzych. Janek SKARZYNSKI / AFP

L'expert du Vatican en matière de lutte contre la pédophilie dans l’Église est en visite en Pologne, pays secoué depuis plusieurs semaines par la sortie d'un film choc qui donne la parole aux victimes de prêtres et montre à quel point la hiérarchie n'a pas réagi dans certains cas. L'archevêque de Malte, Mgr Scicluna, a rencontré les évêques polonais mais pas les victimes, au grand dam de ces dernières.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Walbrzych,  Damien Simonart

Pas de démission au sein de l’épiscopat polonais, mais des encouragements à passer de la parole aux actes pour protéger les enfants. L'archevêque Scicluna se veut optimiste et a fait de la transparence son cheval de bataille pour lutter contre la pédophilie au sein du clergé. « Au niveau des diocèses et des paroisses, les gens doivent savoir à qui s’adresser pour exprimer leurs préoccupations et transmettre ce qu’ils veulent communiquer », a-t-il lancé.

Agata Diduszko-Zyglewska, la porte-parole de l’association « N’ayez pas peur », qui vient en aide aux victimes, est bouleversée par ce manque de fermeté. En février, son association a remis au pape François un rapport détaillé avec le nom de plusieurs dizaines d'évêques polonais impliqués dans des scandales sexuels. « Nous avions quasiment la certitude que Mgr Scicluna mentionnerait le rapport, mais il fait semblant que cette affaire n’existe pas », dénonce-t-elle.

Interdit d’assister à la conférence de l'archevêque, Marek Mielewczyk a été violé à de nombreuses reprises par un prêtre dans son enfance. Il est très ému. « Je voudrais juste les rencontrer et voir s’ils sont capables de faire quoi que ce soit pour moi. Moi, je leur tends la main et eux, ils me donnent un coup de pied ! » Un combat qui dure depuis plusieurs dizaines d’années pour certaines victimes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.