Accéder au contenu principal
Italie

Migrants: le «Sea-Watch 3» force le blocus italien vers Lampedusa

Le «Sea-Watch 3» en route vers l'île italienne de Lampedusa, le 26 juin 2019.
Le «Sea-Watch 3» en route vers l'île italienne de Lampedusa, le 26 juin 2019. LOCALTEAM / AFP

Bloqué depuis 14 jours au large de l'île de Lampedusa avec 42 migrants à son bord, le navire humanitaire Sea-Watch 3 a décidé ce mercredi 26 juin de forcer le blocus des eaux territoriales italiennes.

Publicité

Le Sea-Watch 3 était bloqué depuis deux semaines devant l'île italienne après une nouvelle opération de secours au large de la Libye. Sur les sites de trafic maritime, les relevés du navire humanitaire battant pavillon néerlandais montrent clairement qu'après avoir navigué le long de la ligne des eaux italiennes pendant une dizaine de jours, il l'a franchie à la mi-journée en direction du port de Lampedusa.

« J'ai décidé d'entrer dans le port de Lampedusa. Je sais ce que je risque, mais les 42 naufragés à bord sont épuisés. Je les emmène en lieu sûr », a annoncé ce mercredi sur Twitter la jeune capitaine allemande du Sea-Watch 3, Carola Rackete.

« Nous ferons usage de tous les moyens démocratiquement permis pour bloquer cette insulte au droit et aux lois », a réagi Matteo Salvini, le ministre italien de l'Intérieur, dans une vidéo sur Facebook, dénonçant le « petit jeu politique sordide » de l'ONG, mais aussi l'indifférence affichée par les Pays-Bas, dont le Sea-Watch 3 bat le pavillon, et l'Allemagne, le pays de l'ONG. Les gouvernements de Berlin et La Haye « en répondront », a menacé M. Salvini.

Conformément au récent « décret sécurité » adopté par le gouvernement italien, la capitaine du navire humanitaire et les responsables de Sea Watch risquent désormais des poursuites pour aide à l'immigration clandestine, la saisie du bateau et une amende de 50 000 euros.

À lire aussi : Le nouveau «décret sécurité» de Salvini frappe le «Sea Watch»

Mardi, la Cour européenne des droits de l'homme, saisie par l'ONG allemande, avait refusé d'intervenir en urgence. Elle avait cependant demandé à l'Italie de « continuer de fournir toute assistance nécessaire » aux personnes vulnérables se trouvant à bord. Sur les 53 migrants que le Sea-Watch 3 avait secourus le 12 juin au large de la Libye, Rome a déjà accepté le débarquement de onze personnes vulnérables. Des dizaines de villes allemandes se sont dites prêtes à accueillir les migrants. L'évêque de Turin, Cesare Nosiglia, a annoncé lundi que son diocèse proposait de les prendre en charge.

Le recours déposé à la CEDH était la seule solution qui nous restait avant de devoir entrer dans les eaux italiennes. Mais la CEDH a déclaré que la responsabilité italienne ne pouvait pas être engagée tant que notre bateau se trouvait dans les eaux internationales. Nous n'avions donc qu'une option: entrer dans le territoire italien.

En janvier dernier déjà, 32 migrants secourus par le Sea-Watch étaient restés bloqués 18 jours à bord, avant de pouvoir débarquer à Malte grâce à accord de répartition entre plusieurs pays européens.

L'odyssée du Sea Watch 3

L'odyssée du Sea Watch 3 débute le 12 juin dernier, au large de la Libye. Alerté par une patrouille aérienne, le navire se porte au secours de 53 personnes en perdition sur un Zodiac dans les eaux internationales. Dans la journée, il reçoit l'ordre du gouvernement italien de faire route vers Tripoli, opportunément déclaré « port sûr » par les gardes-côtes libyens après l'opération de secours. Mais l'équipage refuse.

Trois jours plus tard, une inspection sanitaire mène au débarquement de trois familles, 10 personnes en tout, dont une femme enceinte et des enfants. Mais entre-temps, le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini a signé un décret inédit, un décret interdisant au Sea Watch 3 de débarquer en Italie. L'ONG fait appel de cette décision, mais en vain.

À partir de cette date, c'est le blocage. Avec 42 personnes à bord, le Sea Watch 3 longe sans issue les eaux territoriales italiennes au large de Lampedusa, dans une chaleur étouffante. Et finalement c'est donc mardi que la Cour de justice européenne, saisie par l'équipage et les passagers, se déclare incompétente pour contraindre le gouvernement italien à changer de position. La capitaine Carola Rackete a alors publié sa décision sur Twitter : « Les 42 naufragés à bord sont épuisés, dit-elle. Je les emmène en lieu sûr ».

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.