Accéder au contenu principal
Israël

Israël: quinze immeubles voués à la démolition et leurs habitants à l'expulsion

Manifestation en soutien aux habitants de Tsur Baher menacés d’expulsion.
Manifestation en soutien aux habitants de Tsur Baher menacés d’expulsion. Guilhem Delteil:RFI

Une mobilisation en soutien à des Palestiniens menacés d’expulsion par Israël s'est déroulée vendredi 12 juillet à Jérusalem. Une quinzaine d’immeubles situés dans une commune de la périphérie de la ville est visée par un ordre de démolition émis par l’armée israélienne. Une cinquantaine de personnes s’est rassemblée pour dénoncer le projet qu’elles estiment politiquement motivé : les immeubles en question ont été construits légalement.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem,  Guilhem Delteil

Les protestataires étaient peu nombreux mais ils se sont placés le long d’un important axe de circulation pour tenter de sensibiliser à leur cause. « Plus de démolition, arrêtez les expulsions, cessez la haine », chantent-ils.

Selon les accords d’Oslo, les personnes menacées d’expulsion habitent dans une zone contrôlée par l’Autorité palestinienne. Et c’est donc vers elle qu’elles se sont tournées pour obtenir des permis de construire. Mais le mur de séparation établi par Israël ne respecte pas le tracé des accords d’Oslo. Il passe au milieu de cette localité de Tsur Baher. L’armée israélienne estime que ces immeubles sont trop proches de la barrière. Hamadah Hamadah est le président du comité regroupant les familles menacées d’expulsion.

« Ils disent qu’il y a une zone de sécurité de 200 mètres autour du mur et qu’il est interdit de construire là. Mais ces immeubles ont reçu des permis de construire du gouvernement palestinien. Et les habitants n’étaient pas au courant pour les restrictions militaires. »

Pour Hagit Lissi, membre d’un mouvement israélien anti-occupation baptisé « All that’s left », le critère sécuritaire n’est qu’une excuse. Elle en veut pour preuve que le mur de séparation dans Tsur Baher se limite à des barbelés.

« Je pense que si les raisons sécuritaires étaient réelles, l’armée construirait un vrai mur là-bas. Mais ils ne veulent pas. Ils veulent juste empêcher les Palestiniens de construire sur leurs terres parce que le but final est que Jérusalem soit juive. Pour cela, ils vont rendre la vie impossible aux Palestiniens. »

L’ordre de démolition donne aux habitants jusqu’à la fin de la semaine prochaine pour démolir eux-mêmes les constructions. Mais les personnes concernées ont annoncé leur refus de partir volontairement.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.