Accéder au contenu principal
Russie

Russie: l'opposition défile à Moscou contre les «répressions politiques»

Rassemblement pour demander aux autorités de permettre aux candidats de l'opposition de se présenter aux prochaines élections locales et de relâcher les manifestants, arrêtés lors des récentes manifestations, à Moscou, le 31 août 2019.
Rassemblement pour demander aux autorités de permettre aux candidats de l'opposition de se présenter aux prochaines élections locales et de relâcher les manifestants, arrêtés lors des récentes manifestations, à Moscou, le 31 août 2019. REUTERS/Tatyana Makeyeva

Nouvelle manifestation dans le centre de Moscou ce 31 août. L’opposition libérale appelait les Moscovites à protester « contre les répressions politiques ». Cette journée de mobilisation est la dernière action en date d’un mouvement de contestation né au mois de juillet, lorsque des candidats de l’opposition ont été écartés de l’élection au Parlement de Moscou. Des manifestations se sont tenues quasiment tous les week-ends. Celle de ce samedi n’était pas autorisée par la municipalité, elle s’est déroulée dans le calme contrairement aux précédentes durant lesquelles de très nombreux participants avaient été arrêtés. Si l'affluence fut modeste, la mobilisation se poursuit.

Publicité

Avec notre correspondant  Moscou, Étienne Bouche

En arpentant les boulevards de la ville malgré l’interdiction, les manifestants n’ont pas seulement protesté contre l’absence de candidats d’opposition au scrutin de dimanche 8 septembre.

Pour Elena, 59 ans, cette éviction est la goutte qui fait déborder le vase : « Ce qu’il se passe dans le pays, c’est du grand n’importe quoi. Il n’y a pas tribunaux dignes de ce nom, pas d’avocats, les gens ne sont pas protégés, on leur crache dessus en permanence, et c’est la même chose avec les élections, on ne peut pas choisir. C’est ça qui est terrible : rien ne dépend de nous. »

Rouslan, 25 ans, n’a jamais été très intéressé par la politique, mais il estime qu’il n’est plus possible de rester à l’écart. Rouslan ne se fait d’illusion, cette manifestation n’influencera pas le pouvoir, mais elle doit susciter une prise de conscience de la population.

« Quand les gens comprendront qu’il faut descendre dans la rue, changer le cours de choses dans notre pays, changer de dirigeants, la situation tournera, dit-il. Mais pour le moment, nous n’en sommes qu’au commencement. »

La plupart des meneurs de l’opposition ont enchaîné les courtes peines de prison, ce qui n’a pas permis de casser la mobilisation. L’organisation d’Alexeï Navalny, le Fonds de lutte contre la corruption, fait quant à elle l’objet d’une enquête pour « blanchiment ».

→ À (re)lire : [Analyse] Russie: l'ampleur des protestations surprend le Kremlin

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.