Accéder au contenu principal
Allemagne

Allemagne: en visite en Chine, Angela Merkel évoque la situation à Hong Kong

Angela Merkel à son arrivée à Pékin avec le Premier ministre chinois Li Keqiang. Le 6 septembre 2019.
Angela Merkel à son arrivée à Pékin avec le Premier ministre chinois Li Keqiang. Le 6 septembre 2019. Andrea Verdelli/Pool via REUTERS

Angela Merkel est la première responsable occidentale à se rendre en Chine depuis le début des manifestations à Hong Kong. La chancelière allemande était très attendue sur ce dossier même si son voyage est d'abord centré sur les relations économiques bilatérales. Au premier jour de son déplacement, Angela Merkel a évoqué la situation dans le territoire autonome.

Publicité

De notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

« Les droits et les libertés des habitants de Hong Kong doivent être garantis. Les solutions ne peuvent être trouvées que dans le dialogue. Il faut tout faire pour éviter la violence ». Angela Merkel a évoqué la situation dans le territoire autonome à l’issue d’un entretien à Pékin avec le Premier ministre Li Keqiang.

La chancelière allemande, qui effectue son douzième déplacement officiel en Chine depuis son arrivée au pouvoir, est la première dirigeante occidentale à se rendre à Pékin depuis le début des manifestations à Hong Kong. Comme d’autres pays, l’Allemagne s’est montrée ces dernières semaines des plus prudentes. L’approche de ce voyage en Chine a contribué à faire monter la pression sur la chancelière. Dans une lettre ouverte publiée mercredi dans le quotidien « Bild Zeitung », des militants du mouvement pro-démocratie à Hong Kong ont appelé Angela Merkel à l’aide. La figure la plus connue de ce mouvement Joshua Wong sera la semaine prochaine à Berlin.

La chancelière a rencontré dans le passé lors de précédents voyages en Chine des opposants, le plus souvent les femmes de dissidents emprisonnés. Une rencontre avec des militants de Hong Kong ne figure pas à l’ordre du jour de l’actuel déplacement.

De nombreux élus de l’opposition en Allemagne avaient aussi demandé avant son départ à la chancelière d’évoquer le dossier sensible de Hong Kong. Il était dès lors difficile pour l’intéressée de ne pas le faire. Le but principal de ce voyage est avant tout économique. Onze accords de coopération ont été signés ce vendredi avec des entreprises comme Airbus, Siemens ou BMW.

Il faut trouver une solution politique à travers le dialogue

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.