Accéder au contenu principal
Allemagne / Zone euro

Les mesures prises par la BCE provoquent la colère de Berlin

Le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, à la réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G20 à Fukuoka, le 9 juin 2019.
Le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, à la réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G20 à Fukuoka, le 9 juin 2019. KIM KYUNG-HOON / POOL / AFP

Les décisions de la BCE annoncées ce jeudi 12 septembre par son président Mario Draghi n'en finissent pas de faire des vagues dans le nord de l'Europe. En Allemagne notamment, où le président de la Banque centrale est sorti de sa réserve.

Publicité

Avec notre correspondante à Berlin, Nathalie Versieux

Mario Draghi était présenté en Une du quotidien populaireBild Zeitung vendredi matin en Dracula prêt à dévorer les économies des petits épargnants. « Le comte Draghila siphonne nos comptes en banque » grinçait alors le Bild.

Dans la foulée, c'est le président de la Bundesbank Jens Weidmann qui s'en prenait aux taux d'intérêt négatifs de Mario Draghi. « La BCE a cette fois dépassé les bornes parce qu'il n'était pas nécessaire de recourir à des mesures d'une telle portée », a critiqué le patron de la Banque centrale allemande, la Buba.

Épargne allemande

Jens Weidmann, l'un des 25 membres du conseil des gouverneurs de la BCE, n'a pas l'habitude d'étaler ses différends. Mais d'après lui, il sera désormais difficile pour la BCE de sortir d'une telle politique après avoir décidé d'acheter plus encore d'emprunts d'État.

Cependant, la véritable inquiétude en Allemagne porte sur les taux d'intérêt négatifs dans un pays où l'épargne constitue une part très importante des retraites. Or les Allemands s'inquiètent déjà de souffrir de pauvreté dans leurs vieux jours.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.