Accéder au contenu principal
La revue de presse des Balkans

À la Une: Les Balkans vont-ils enfin se mettre au vert ?

Une conscience écologique est en train de se forger dans les Balkans et les bonnes initiatives se multiplient au niveau local. En Bosnie-Herzégovine par exemple un ingénieur agronome collectionne les semences autochtones de la région.
Une conscience écologique est en train de se forger dans les Balkans et les bonnes initiatives se multiplient au niveau local. En Bosnie-Herzégovine par exemple un ingénieur agronome collectionne les semences autochtones de la région. DeAgostini/Getty Images

Une revue de presse présentée en partenariat avec Le Courrier des Balkans.

Publicité

Comme dans le reste de l'Europe, une conscience écologique est en train de se forger dans les Balkans. Et les bonnes initiatives se multiplient au niveau local. En Bosnie-Herzégovine, un ingénieur agronome collectionne les semences autochtones de la région. Au Monténégro, les éleveurs de la montagne Sinjajevina se battent contre la décision du gouvernement d'implanter dans cet espace naturel exceptionnel un camp militaire. Et à Belgrade était organisée cette semaine une conférence pour militer pour un « Green New Deal » régional...

- Bosnie-Herzégovine : « l’agriculture sans pesticides, c’est possible ! »
- Les bergers de la Sinjajevina ne veulent pas de terrain militaire : un Larzac au Monténégro ?
- Changement social et environnement : vers un « Green New Deal » dans les Balkans ?

Durant deux jours, jeudi 12 et vendredi 13 septembre, journalistes des Balkans et représentants de la société civile se sont retrouvés à Podgorica pour les troisièmes EU Western Balkans Media Days. L'occasion pour les politiques de répéter de bonnes paroles sans conséquence. La colère gronde chez les journalistes, qui ont de plus en plus de mal à exercer librement leur métier. Dernière affaire en date, la publication d'une lettre ouverte de neuf journalistes de la radio-télévision publique kosovare (RTK) qui dénoncent le manque d'indépendance éditoriale du groupe.

- UE : une vaine séance de « thérapie collective » pour les médias des Balkans
- Kosovo : la RTK, une radio-télévision publique sous influence ?

C'est une vieille dramaturgie bien réglée. Les politiciens du Kosovo et de Serbie et les médias qu'ils contrôlent dénoncent les « traîtres » et « jouent » à la guerre, avant de se poser in fine comme les ultimes garants de la paix et de la stabilité, sous l'oeil ému de leurs protecteurs internationaux. Le scénario peut pourtant déraper à tout moment. L'analyse de Violeta Oroshi Berishaj.

- Kosovo : jouer à la guerre, jouer à la paix (tragicomédie dangereuse)

La Serbie déroule le tapis rouge pour faire venir les investisseurs étrangers, avec 7 000 euros d'aides publiques offerts par emploi créé. Pourtant, la croissance reste trop faible pour combler le retard par rapport aux pays riches de l'UE. Il est urgent d'investir dans l'éducation et d'assainir le climat des affaires.

- Serbie : l'illusion des investissements étrangers

L'homme d'affaires Duško Knežević poursuit ses révélations sur la corruption au sommet de l'État monténégrin. Cet ancien proche du clan Đukanović, tombé en disgrâce, vient de révéler, preuve audio à l'appui, avoir versé près d'un million d'euros de pots-de-vin au Procureur de la République ces trois dernières années.

- Corruption au Monténégro : l'homme d'affaires Duško Knežević balance un nouveau scandale

On les appelle les « children on the move », les « enfants en déplacement ». Ils sont sur les routes depuis des mois voire des années, ils sont privés de foyer et d'éducation et sont parfois seuls. En Bosnie-Herzégovine, grâce à la mobilisation de quelques enseignants de la région de Bihać et au soutien de l’Unicef et l'OIM, certains sont désormais scolarisés dans les écoles du canton d’Una-Suna. Reportage en images.

- Réfugiés en Bosnie-Herzégovine : à Bihać, scolariser les enfants, une priorité

Si quelqu’un se demande quelle était l’odeur de la Bulgarie cet été, voilà la réponse : celle de la fumée et de la puanteur. La fumée des décharges légales et illégales. Et la puanteur des carcasses de porc en décomposition. Ici, tout le monde jette ses ordures où bon lui semble, sans se soucier des conséquences...

- À cause des décharges illégales, la Bulgarie brûle et empeste

En Macédoine, quatre ans après sa création, le Bureau du procureur spécial (SJO) a été dissous. Ses dix procureurs vont retourner dans leurs tribunaux d’origine. Quant aux dossiers instruits, ils devraient être transférés. Mais certains espèrent déjà qu'ils seront enterrés.

- Lutte anti-corruption : en Macédoine du Nord, clap de fin pour le Bureau du procureur spécial

Deux ans après avoir été dénoncés par la Roumanie, la Slovaquie, la République tchèque, la Pologne, la Hongrie, la Bulgarie et la Croatie, les doubles standards alimentaires sont toujours en cours et la législation européenne n'a pas changé. Près du quart des produits vendus en Roumanie ont une composition différente de ceux commercialisés en Europe de l'Ouest.

- Consommation : en Roumanie, la persistance des « doubles standards »

Les médecins sont de plus en plus nombreux à refuser de pratiquer l'IVG en Roumanie. Financées par de puissants réseaux internationaux, les organisations « pro-vie » roumaines ont infiltré les hôpitaux publics, avec le soutien de l'Église orthodoxe. À tel point qu'un hôpital public sur trois n'est plus en mesure d'assurer cette intervention, un droit pourtant fondamental pour les femmes. Reportage.

- Roumanie : 30 ans après sa légalisation, l'avortement est un droit menacé

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.