Accéder au contenu principal
Union européenne / Droit de l'homme

Le prix Vaclav-Havel décerné à l'Ouïghour Tohti et à des jeunes des Balkans

Ilham Tohti, professeur d'université, blogueur et membre de la minorité ouïghoure musulmane, ici, avant une conférence à Pékin, le 12 juin 2010. Il a été condamné en 2014 à la prison à vie.
Ilham Tohti, professeur d'université, blogueur et membre de la minorité ouïghoure musulmane, ici, avant une conférence à Pékin, le 12 juin 2010. Il a été condamné en 2014 à la prison à vie. AFP PHOTO/Frederic J. BROWN

L'intellectuel ouïghour emprisonné Ilham Tohti et l'Initiative des jeunes pour les droits de l'homme œuvrant à la réconciliation dans les Balkans ont reçu conjointement lundi 30 septembre le Prix des droits de l'homme Vaclav-Havel 2019, a annoncé le Conseil de l'Europe, dans l’hémicycle à Strasbourg.

Publicité

Ilham Tohti, condamné en 2014 par la justice chinoise à la prison à vie pour séparatisme, est membre de l'ethnie musulmane ouïghoure, majoritaire au Xinjiang, une vaste région du nord-ouest de la Chine. Sa présélection fin août pour recevoir le prix Vaclav-Havel avait déclenché la colère de Pékin, accusant le Conseil de l'Europe de « soutenir le terrorisme ». Il a également été recommandé par des élus américains pour recevoir le prix Nobel de la Paix.

À écouter et à lire aussi : Xinjiang: «J’ai peur que mon père Ilham Tohti ne tombe dans l’oubli»

« Ce prix récompense une personne, mais ce faisant, donne de la reconnaissance à ceux dont les droits sont foulés au pied, car c'est tout le peuple ouïghour qui se tourne vers vous pour vous demander votre aide», a déclaré à Strasbourg, Enver Can, de la fondation Ilham Tohti. « Ceci va, à n'en pas douter, contribuer à sa survie derrière les barreaux et donnera au peuple ouïghour l'occasion de continuer à lutter contre cette oppression », a-t-il ajouté.

L'Initiative des jeunes pour les droits de l'homme, créée en 2003, « s'attache à promouvoir la réconciliation en établissant des liens entre les jeunes des Balkans, de différents groupes ethniques, régions et pays » afin d'empêcher « la résurgence du conflit ethnique qui a dévasté la région pendant tant d'années », explique le Conseil de l'Europe.

« La coopération régionale dans les Balkans est encore alourdie par la haine, par le manque de confiance, par les préjudices et par l'héritage de la guerre, les élites politiques, les sociétés de nos pays n'ont toujours pas renoncé à leur programme guerrier et à leur idéologie nationaliste », a mis en garde, en recevant le prix, Ivan Djuric, un des responsables de l'Initiative.

Celui-ci a appelé les pays européens « à ne pas faire la sourde oreille aux bruits de la guerre qui viennent des Balkans » et à ne pas les considérer comme des étrangers, mais comme des Européens.

Créé en 2013 et doté de 60 000 euros, le prix Vaclav-Havel récompense des actions exceptionnelles de la société civile dans la défense des droits de l'homme. En 2018, le prix avait été décerné à Oïoub Titiev, responsable en Tchétchénie de l'ONG russe Memorial, qui s'est vu accorder une liberté conditionnelle en juin après dix-huit mois de prison.

Pour le prix 2019, avait également été présélectionné l'avocat Buzurgmehr Yorov, condamné à 28 ans de prison au Tadjikistan en 2015 pour avoir reproché publiquement au gouvernement et aux forces de l'ordre de son pays des violations des droits humains.

À lire aussi : Mort de Vaclav Havel: les hommages affluent du monde entier

(Avec AFP)

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.