Accéder au contenu principal
Royaume-Uni

Royaume-Uni: au congrès conservateur, Boris Johnson n’échappe pas à la critique

Le Premier ministre britannique Boris Johnson à Manchester au congrès annuel du parti conservateur. Le 30 septembre 2019.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson à Manchester au congrès annuel du parti conservateur. Le 30 septembre 2019. REUTERS/Henry Nicholls

Lors de la seconde journée du congrès conservateur à Manchester, le gouvernement s’est à nouveau efforcé de mettre en avant son programme politique malgré les rumeurs au parfum de scandale entourant la conduite de leur dirigeant Boris Johnson envers plusieurs jeunes femmes. Mais, malgré cette volonté de préparer le terrain en cas de scrutin anticipé, le Brexit demeure le sujet dominant.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Manchester, Muriel Delcroix

Si la majorité des délégués affirment être confiants, la possibilité d’une sortie sans accord inquiète une frange des députés du parti. Ils ne sont pas très nombreux et restent plutôt discrets ce qui n’empêche pas certains parlementaires tories de s’inquiéter à mots couverts du manque total d’avancée en vue d’un accord à un mois du Brexit.

Boris Johnson se targue d’avoir réalisé des progrès considérables mais cela ne suscite qu’un soutien poli de la part du député Tom Tugendhat : « L’essentiel, c’est de trouver un accord ; il me dit -et il est le Premier ministre donc on doit accepter sa parole comme la vérité- qu’il est en train de chercher un accord. Et s’il le dit et qu’il est en train de poursuivre ceci, je dois le soutenir. »

« Ceci est une crise européenne… »

En réalité cette réponse très ironique montre que ce député assez critique de Boris Johnson par le passé ne lui fait pas confiance. Tom Tugendhat prévient  d'ailleurs une Union européenne jusqu’à présent intraitable qu’elle a aussi beaucoup à perdre : « L’idée que ceci est une crise britannique est entièrement fausse ; ceci est une crise européenne et c’est essentiel que l’Europe tout entière résolve ce problème pour avoir une économie européenne qui fonctionne pour tout le monde. L’idée que l’UE peut fonctionner normalement et sans problème sans le Royaume-Uni est simplement fausse… »

Un appel lancé à tous les protagonistes du Brexit pour qu’ils mettent un terme à un bluff potentiellement dévastateur et s’engagent résolument dans la voie du compromis.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.