Accéder au contenu principal
UE

UE: les eurodéputés rejettent les candidats hongrois et roumain à la Commission

Rovana Plumb, à gauche et Laszlo Trocsanyi, à droite.
Rovana Plumb, à gauche et Laszlo Trocsanyi, à droite. REUTERS/François Lenoir

Une commission du Parlement européen a rejeté, lundi 30 septembre, les candidats hongrois et roumain à la future Commission européenne en raison de soupçons de conflits d'intérêts. Il s'agit d'un coup dur pour la présidente de la Commission Ursula von der Leyen qui doit prendre ses fonctions le 1er novembre avec son équipe.

Publicité

La commission des Affaires juridiques « a voté que les deux commissaires désignés (roumain et hongrois) ne sont pas en mesure d'exercer leurs fonctions conformément aux Traités et au Code de conduite », a écrit le porte-parole, Jaume Duch, sur Twitter.

« Le président du Parlement européen (David Sassoli) va maintenant demander quelles mesures supplémentaires Ursula von der Leyen (la présidente de la prochaine Commission) a l'intention de prendre », a-t-il ajouté. Les mêmes eurodéputés avaient déjà bloqué jeudi la nomination de ces deux candidats, la social-démocrate roumaine Rovana Plumb et le Hongrois Laszlo Trocsanyi (PPE, droite), en raison de conflits d'intérêts présumés.

Pas d’audition

Mais M. Sassoli leur avait demandé de préciser leurs conclusions, ce qui les a contraints à un nouveau vote lundi. « Ce vote a confirmé que les deux commissaires ne pouvaient pas exercer leur fonction », a insisté Manon Aubry, députée de la Gauche unitaire européenne (GUE) et membre de cette commission.

Par conséquent, ils « ne seront pas en mesure de tenir cette semaine leur audition » devant les eurodéputés, contrairement aux autres commissaires désignés pour la prochaine Commission qui doit entrer en fonctions le 1er novembre.

Mme Plumb, qui brigue le portefeuille des Transports, est dans le viseur du Parlement pour deux prêts litigieux. M. Trocsanyi, qui vise le portefeuille de l'Elargissement, a lui été interrogé sur ses liens avec le cabinet d'avocats qu'il a fondé en 1991, avant de devenir ministre de la Justice de Viktor Orban.

La Hongrie propose un nouveau candidat

Deux commissaires désignés par leur pays qui ne peuvent même pas passer les auditions, c’est inédit. La Roumanie a annoncé son intention de remplacer Rovana Plumb. La Hongrie, elle, a désigné dans la foulée un autre candidat : l'ambassadeur hongrois à Bruxelles, Oliver Varhelyi. Budapest tient à garder le portefeuille de l’Élargissement, stratégique pour la diplomatie de Viktor Orban. Entre bonnes affaires et proximité idéologique, les pays des Balkans, membres ou non de l'UE sont pour lui des alliés.

« Nous avons un intérêt direct à ce que les Balkans occidentaux fassent partie de l’Union européenne dans les plus brefs délais », avait déclaré Viktor Orban, il y a quelques semaines. Son argument essentiel : les membres de l’UE, - la Macédoine, le Monténégro et la Serbie - auraient pu bloquer la vague de réfugiés en 2015.

Le Premier ministre hongrois cultive de longue date son influence dans la région et en récolte les premiers fruits : les pays des Balkans membres de l’UE le soutiennent déjà dans les moments les plus sensibles.

Lors du déclenchement d’une procédure pour violation de l’état de droit contre la Hongrie l’année dernière, ce sont des partis croates et bulgares, notamment, qui ont voté contre au Parlement européen.

En Slovénie, des capitaux hongrois contrôlent plusieurs médias, et le chef du parti sorti en tète des législatives l’année dernière se réclame de Viktor Orban.

Mais c’est avec un pays candidat que les liens sont les plus forts : la Serbie qui a des liens idéologiques avec le régime autoritaire de Belgrade. Des liens aussi économiques, les entreprises hongroises sont bienvenues en Serbie, elles ont y décroché de nombreux marchés. C’est le cas notamment de celle du gendre de Viktor Orban. Une ligne ferroviaire à grande vitesse doit d'ailleurs bientôt relier Budapest et Belgrade.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.