Accéder au contenu principal
Hongrie/Viktor Orban

Hongrie: des cadeaux pour les retraités avant les élections municipales

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban.
Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban. GEOFFROY VAN DER HASSELT / POOL / AFP

À huit jours des municipales hongroises, le parti du Premier ministre Viktor Orban offre des cadeaux à ses électeurs. Le Fidesz est au pouvoir dans presque toutes les municipalités. Il est donné gagnant du scrutin, sauf dans quelques endroits, notamment Budapest.

Publicité

Avec notre correspondante à BudapestFlorence La Bruyère

Face à la bataille qui pourrait s'avérer serrée dans quelques municipalités, aux prochaines élections municipales du 13 octobre prochain,Viktor Orban soigne les retraités, qui forment le cœur de son électorat.

Le gouvernement leur a déjà offert des chèques cadeaux de 30 euros pour payer leur facture énergétique. Samedi, la mairie d’un des arrondissements de la capitale, dans le centre-ville, distribuait des pommes de terre aux habitants.

Irén, une habitante de la ville, venue à la distribution de pommes de terre avec son chariot à roulettes, est très contente du conseil municipal : « J'espère qu'il va rester au pouvoir », dit-elle.

Miser sur les retraités pour espérer l'emporter

Chaque retraité paie 400 forints, un peu plus d’un euro, et en échange il reçoit un sac de 22 kg de pommes de terre. Un don du ciel pour Véra, ancienne professeure dont la retraite est de 360 euros par mois : « Je dépense beaucoup d’argent pour mes médicaments, alors j’économise au maximum sur la nourriture. Ces pommes de terre vont bien m'aider. »

Malgré cette distribution de pommes de terre, cela n'empêchera pas certains habitants à voter pour l'opposition dimanche prochain. C'est le cas de Csaba, un ingénieur de 54 ans. « Il y a beaucoup de corruption parmi les élus locaux. Un changement de majorité serait le bienvenu », confie-t-il.

D'un autre côté, il y a ceux qui, contrairement à Csaba, voteront pour le maire sortant. « Il est correct et honnête ! J'espère qu'il va rester », explique Györgyi, venue accompagnée de son mari Istvan. Leur valise à roulettes pleine de pommes de terre, le couple repart, le sourire aux lèvres.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.